Abo

histoire1984, création de Aides : l’entraide combat l'ignorance et la peur du VIH/sida

Par Tom Umbdenstock le 07/06/2022
histoire gay,série gay,association lgbt,association aides,vih,sida,gay,lgbt,aides,michel foucault,vih sida,cancer gai,prévention,daniel defert

[Naissance de nos assos 1/5] Après la mort de Michel Foucault naît, en 1984 et 1985, un réseau d’information et de solidarité autour des malades du VIH/sida qui commencent à se multiplier en France. La rencontre d’une poignée de volontaires et d’une période tragique donne forme à l'une des plus grandes associations de l'histoire de la communauté LGBT.

Comme le raconte la grande histoire, presque devenue un mythe, tout part de la mort de Michel Foucault. Le 25 juin 1984, le célèbre philosophe décède des suites du sida sans que les médecins l’aient informé sur sa maladie. Encore aujourd’hui, on ne sait pas s’il était au courant lui-même du mal qui l’atteignait. Ignorance ou déni ? La question va concerner nombre de malades à cette époque. L’épidémie a traversé l’Atlantique et s’installe en France à bas bruit. Daniel Defert, l’amant endeuillé de Michel Foucault, vit douloureusement cette mort entourée de demi-vérités et de dissimulations. Les causes du décès n’ont pas été révélées publiquement. Une disparition dans l’impréparation et la honte, qui engage le sociologue à créer Aides.

À lire aussi : Il y a 50 ans, le meurtre de George Duncan, martyr des droits homosexuels en Australie

Fin 1984, l’association prend forme au cours de plusieurs réunions fondatrices qui rassemblent un premier noyau de volontaires autour duquel va se construire tout un réseau de solidarité. Pour nouer ces premiers liens, Daniel Defert envoie d’abord une lettre à plusieurs de ses amis le 25 septembre 1984, dans laquelle il appelle à créer une association de lutte contre le sida, sous forme de "lieu de réflexion, de solidarité et de transformation". Considérant que le sida est aussi une "crise ce comportement sexuel pour la communauté gaie",  il estime que "nous avons à affronter et institutionnaliser notre rapport à la maladie, l’invalidité et la mort". ...