Abo

sexoGénération chemsex : ma première fois, il y avait déjà de la drogue

Par Mathias Chaillot le 08/10/2022
chemsex illustration

La pratique du chemsex (sexe + drogue) s'observe chez des hommes de plus en plus jeunes. Si les raisons qui les poussent à consommer des produits sont diverses, la jeunesse est une population vulnérable qui doit être particulièrement ciblée par les politiques de réduction des risques.

Il n’existe pas de statistiques précises, mais la tendance est flagrante : le public des soirées chemsex s’est singulièrement rajeuni. “Il y a dix ans, on y croisait surtout des hommes entre 35 et 45 ans. Aujourd’hui, la moyenne d’âge est de 27 ans, note le psychiatre et sexologue Dorian Cessa, auteur du rapport Sea, sex and chems. On a beaucoup de profils assez jeunes, des personnes qui découvrent très tôt le chemsex et construisent leur sexualité autour de produits psychotropes.” 25% des consommateurs ayant répondu à son étude ont d’ailleurs moins de 26 ans et “sont donc encore en phase de construction sexuelle”....