LGBTphobieAgression homophobe de trois hommes à Nice

Par Nicolas Scheffer le 28/12/2022
À Reims, un homme en détention provisoire après le meurtre LGBTphobe d'une femme trans

Trois hommes ont été roués de coups ce mardi 27 décembre, après avoir passé leur soirée dans un bar de Nice. Une enquête est en cours.

"Nous les pédés, on les tue", "on va tous vous tuer". Ces menaces, entonnées sur des airs de chansons paillardes, ont été proférées à l'encontre d'Arturo, de Killian et d'Adriano ce mardi 27 décembre, à Nice (Alpes-Maritimes). Les trois amis, attablés dans un bar, auraient été pris pour cible par quatre hommes, qui les auraient ensuite passés à tabac en raison de leur orientation sexuelle, selon le témoignage d'Arturo, recueilli par France 3 régions. La télévision locale ajoute que trois plaintes ont été déposées, et que les forces de l'ordre ont lancé une enquête pour identifier les agresseurs.

À lire aussi : 4 ans de prison pour les auteurs d'un guet-apens homophobe sur un site de rencontre

Alors qu'ils s'étaient réunis dans un bar niçois, les trois amis expliquent avoir été pris à parti par quatre hommes assis à côté d'eux, lesquels ont commencé à entonner des chants menaçants à caractère homophobe. La tension allant crescendo, le videur aurait alors demandé aux deux groupes de quitter les lieux. Si les homophobes ont fait mine de partir de leur côté, ils auraient rapidement rebroussé chemin pour poursuivre les trois amis, qu'ils auraient ensuite roué de coups.

"Ils ont d'abord sauté sur mes deux amis. Ils se sont mis à deux sur chaque personne", a raconté Arturo, 23 ans, à nos confrères. Des coups de pied dans le ventre et dans la tête auraient été donnés aux trois garçons, avant que le passage d'un autre groupe de fêtards ne mette fin à l'agression et ne fasse fuir les assaillants.

Une enquête en cours

"Nous allons écrire au Procureur de la République de Nice pour lui demander de porter une attention particulière sur cette plainte et cette enquête. Les haineux ne doivent pas être impunis. Nous resterons vigilants et mobilisés pour aider à faire respecter le droit", écrit sur Twitter le coordinateur du centre LGBTQI+ de Côte d'Azur, Erwann le Hô. "Nous prenons très au sérieux ces affaires", ont également affirmé les forces de l'ordre auprès de Nice Matin, indiquant utiliser les images de caméra surveillance pour retrouver les agresseurs.

Le maire de la droite Horizon (parti fondé par Édouard Philippe) de Nice, Christian Estrosi, a quant à lui déclaré sur Twitter : "Toute la lumière doit être faite sur cette agression et tous les moyens mobilisés pour identifier les auteurs. L'homophobie et toutes les formes de haine sont inacceptables et nous œuvrons pour qu'elles n'aient pas leur place à Nice."

À lire aussi : Coco.fr : enquête sur un tchat sauvage, habitué de la rubrique faits divers

Crédit photo : Wikimedia Commons