AssociationsLe Refuge désormais dirigé par l'ancien député macroniste Pacôme Rupin

Par Nicolas Scheffer le 18/01/2023
Pacôme Rupin, nouveau directeur de la fondation Le Refuge

Pacôme Rupin remplace Sophie Delannoy à la direction de la fondation Le Refuge, qui accompagne et loge des jeunes LGBT en rupture familiale.

Sophie Delannoy avait été recrutée par Le Refuge pour éteindre un incendie. En février 2021, Nicolas Noguier, alors président de la fondation d'accompagnement et de logement de jeunes LGBT en rupture familiale, et son directeur général Frédéric Gal, ont tous les deux été contraints à la démission en raison de leur mauvaise gestion. Un départ rendu d'autant plus nécessaire que Nicolas Noguier et son compagnon sont visés par une vingtaine de plaintes déposées par d'anciens jeunes suivis par Le Refuge. Après un an et demi à la tête de l'association, la directrice-pompier laisse la place à Pacôme Rupin, ancien député macroniste de Paris proche de Benjamin Griveaux, nommé ce lundi 16 janvier.

À lire aussi : Le Refuge : "On ne gère pas une fondation aussi importante comme une asso locale"

Après le scandale de la mauvaise gestion démontrée par un rapport d'audit externe, Sophie Delannoy a souhaité professionnaliser la fondation, qui compte quelque 450 bénévoles, en embauchant plusieurs directeurs. Ainsi, Pacôme Rupin sera accompagné d'une nouvelle directrice de l'action sociale, Estelle Espanol. Ces nominations ont vocation à donner un "nouvel élan" à la structure, explique le communiqué de celle-ci. Sophie Delannoy n'a pas commenté son départ. Si sa mission est présentée comme terminée après avoir engagé la "transformation" du Refuge, c'est en réalité son président, Michel Suchod, qui avait devait initialement être "de transition".

20 ans d'activité pour Le Refuge

Dans un communiqué, Pacôme Rupin, ouvertement gay, dit vouloir "contribuer à pérenniser et développer les activités de la Fondation avec toutes ses parties prenantes". Ancien maire adjoint du quatrième arrondissement de Paris, il a été élu député en 2017, après avoir fait partie des premiers "marcheurs". Mais cinq ans après son élection, Pacôme Rupin ne s'est pas représenté au Palais Bourbon.

Au printemps cette année, la fondation montpelliéraine fêtera ses 20 ans d'activité. Du temps de la présidence de Nicolas Noguier, l'association était régulièrement critiquée pour avoir reçu le soutien d'élus proches de la Manif pour tous, notamment de Christine Boutin ou de Rachida Dati. Aujourd'hui, le procureur de la République de Montpellier instruit toujours l'enquête, à la suite des plaintes – Nicolas Noguier et Frédéric Gal contestent les faits qui leurs sont reprochés. Depuis son départ du Refuge, l'ancien président s'investit dans "Famille au grand cœur", une association d'aide à des réfugiés LGBTQI+, dont il est chargé de mécénat. Le contrôle judiciaire des deux dirigeants les empêche pourtant en principe "d’exercer une activité impliquant un contact habituel avec des mineurs ou des personnes vulnérables".

À lire aussi : La protection des jeunes LGBTQI+ doit être l’affaire de toutes et tous

Crédit photo : Clarisse Gallois /Hans Lucas via AFP