Abo

interviewColman Domingo : "Nous ne sommes pas limités à notre propre expérience queer"

Par Florian Ques le 25/01/2024
colman domingo,domingo,oscars 2024,euphoria,fear the walkind dead,bayard rustin

Acteur polyvalent, Colman Domingo cumule des projets variés au cinéma comme sur petit écran. Connu du public par les séries Fear the Walking Dead et Euphoria, il est nominé aux Oscars 2024 pour son rôle dans Bayard Rustin, le biopic de l'activiste noir et gay éponyme, compagnon de route de Martin Luther King, sur Netflix. L'occasion de relire cette interview avec l'acteur que têtu· avait rencontré fin 2020.

Colman Domingo, c'est 25 ans de carrière. Si son nom ne vous évoque pas grand-chose, son visage est d'emblée plus parlant. Rien qu'en une année, on l'a vu en ex-junkie débordant de sagesse dans la série Euphoria, combattant les zombies dans Fear the Walking Dead, et incarnant un tromboniste affable dans Les Blues de Ma Rainey (Netflix). En perpétuelle quête de personnages complexes, l'acteur né à Philadelphie en 1969 collectionne une liste de crédits qui en ferait baver plus d'un. D'autant plus quand on sait que Colman Domingo a cultivé cette filmographie étendue tout en assument pleinement son homosexualité. Il revient avec nous sur ses rôles phares, son lien avec la communauté LGBT+ et la visibilité gay. Rencontre avec un comédien fascinant, talentueux et un brin sous-estimé.

À lire aussi : "Bayard Rustin", le militant gay dans l'ombre de Martin Luther King, à l'honneur sur Netflix

  • Vous êtes à l'affiche du Blues de Ma Rainey, un film en partie inspiré par Ma Rainey, une chanteuse de blues lesbienne. Qu'est-ce qui vous a plu dans ce projet ?

Colman Domingo : Quand j'ai entendu parler de ce projet pour la première fois, on m'a parlé de Viola Davis, de Chadwick Boseman, on m'a dit qu'il y avait aussi Denzel Washington et Todd Black à la production. Ça m'a suffi ! Je voulais faire partie du film. C'est la seconde adaptation de la pièce de théâtre d'August Wilson, et je trouve ça merveilleux car elle souligne l'impact de Ma Rainey sur la culture américaine, d'autant plus en tant que femme lesbienne dans une industrie dominée par les hommes. C'est fascinant. Et ça l'est encore plus à notre époque, où l'on voit des personnes manifester pour avoir plus de pouvoir, plus de représentation. De plus, c'était phénoménal de pouvoir bosser sur ce film avec George Wolfe [le réalisateur, ndlr], qui lui aussi est queer....