Dijon : Un généraliste accusé d'homophobie. L'Ordre des médecins s'en mêle
Actualité

Dijon : Un généraliste accusé d'homophobie. L'Ordre des médecins s'en mêle


Dans un post Facebook, ce médecin remplaçant qui exerce en Bourgogne offre une définition bien personnelle des homos « de type fofolle », qui parlent d’une voix aiguë et marchent « en balançant des hanches ».

« Les médecins ne sont pas des pigeons » est un groupe Facebook public riche de plus de 30.000 membres, où médecins et soignants échangent sur leur vie professionnelle.  Le 28 décembre, un internaute explique qu’il a « frôlé une erreur médicale » : il n’a pas demandé d’examen pour dépister un cas de syphilis – en forte hausse chez les gays – car il n’a pas identifié son patient comme étant homo. Et ne lui a pas non plus demandé. Apparemment, son gaydar ne repère pas les « monsieur tout le monde » mais seulement les « fofolles » :

Le truc, c’est que le patient est homosexuel. Pas un homo de type « fofolle » avec des manières surjouées, plutôt un monsieur tout le monde, du coup je n’ai rien vu (et ce n’était pas marqué dans le dossier) donc je n’ai pas cherché plus loin.

ordre des médecins homophobie ordinaire
© @ManzeG/Twitter

Accusé de véhiculer des clichés et d’alimenter une homophobie ordinaire, il s’explique dans les commentaires, mais s’empêtre dans les stéréotypes :

ordre des médecins homophobie ordinaire
© LCI

Contacté par LCI, ce dernier nie toute de suite une quelconque « mauvaise intention », déplorant que l’on « déforme le sens des mots » pour « chercher de l’homophobie partout ».

Non respect de la déontologie ?

« C’est inquiétant de se dire qu’un médecin qui a fait des années d’études, puisse avoir un regard aussi réducteur de l’homosexualité et des homosexuels en général » réagit au contraire Medhi Aïfa, président de l’Amicale des jeunes du Refuge, au micro de France Bleu Bourgogne. Face à de tels propos, cette association qui défend les minorités sexuelles a saisi l’Ordre des médecins. Le conseil de Bourgogne a auditionné le médecin hier, lundi 2 janvier. Le Dr Jean-Pierre Mouraux, président du conseil départemental de Côte d’Or cité par LCI, parle d’une « procédure habituelle, bien que les griefs soient particuliers et les accusations graves. » Le conseil rendra donc sa décision lundi prochain, à l’issue d’un vote, décidant si une plainte sera déposée pour manquement à la déontologie auprès de la chambre disciplinaire de première instance du conseil régional de l’Ordre des médecins, qui est présidée par un magistrat administratif.

En cas d’avis contraire, l’Amicale des jeune du Refuge pourra toujours poursuivre le médecin en instance civile. Mais cette dernière a assuré à France Bleu Bourgogne que son intérêt était d’élever un débat public sur la question. L’association LGBT accuse également le médecin d’avoir tenu des propos transphobes; la déclaration, non sourcée, circule sur Twitter :

L’avis d’un médecin généraliste gay

Guillaume Potherat est médecin généraliste remplaçant en Île-de-France, et gay. En exerçant et en discutant avec des confrères, il a mis au jour plusieurs problèmes qui – outre l’homophobie latente – impactent la relation patient-médecin, à savoir :

L’absence de perception par le médecin de l’importance de l’orientation sexuelle des patients, […] la fréquente absence de mention par le patient de son homosexualité au médecin, et le manque de connaissances de la part du médecin sur le sujet de la sexualité des personnes homosexuelles.

Actuellement en troisième cycle de médecine à la Faculté de Bobigny, il prépare une thèse sur les patients homosexuels face à leur médecin, dans laquelle il réunit avis et expériences; il espère que ses travaux permettront de pallier ces manques et peut-être même d’améliorer la prise en charge des patients gays par la médecine générale en adaptant la formation des étudiants en médecine à ce sujet.

  • Ozelian .

    La chasse aux sorcières, comme au bon vieux temps de l’inquisition, ce pauvre gars dit quelque chose que je dis moi-même, qui suis homosexuel… si les associations pouvaient arrêter de nous faire honte en poursuivant tout le monde, ce serait sympa merci.

    • Cédric Odin

      « Ce pauvre gars » est médecin ! Il devrait avoir avoir suffisamment de connaissances et de déontologie, de recul et d’intelligence, pour ne pas sombrer dans les pires clichés pour soigner ses patients. Si, pour être bien soigné, il faut correspondre aux stéréotypes, on n’a pas fini de mourir !

      Ces associations ne me font pas honte, bien au contraire.

      • Ozelian .

        Un médecin ne te doit rien en terme de vocabulaire, il est impossible de faire changer quelqu’un d’opinion en rentrant dans sa tête, d’ailleurs le vouloir révèle ton caporalisme, ta mesquinerie douteuse… déjà le médecin te soigne, par rapport à lui qui sauvera des milliers de vies, ton karma sera sûrement plus laid, donc lui laisser sa liberté d’expression est la moindre des choses. Surtout que là y’a pas mort d’homme : il ne connaît pas d’homosexuels, il s’étonne de voir un homo qui n’est pas maniéré, on va lui faire un procès parce qu’il n’avait jamais vu d’homosexuels ? Quelle sera sa réaction après ce harcèlement ? Il ira rejoindre les rangs de la manif pour tous, merci les associations homosexuelles à la con… Vous vous sabordez, quelle balourdise, comme quoi les beaufs peuvent aussi être homosexuels ! J’en ai pêché deux beaux spécimens.

        • Irkoutsk69

          @ozelian:disqus
          Un: non seulement vous n’avez pas lu l’article, non seulement vous n’êtes pas aller voir ce que cette personne dit mais vous n’avez pas lu les autres commentaires. Vous serez ensuite moins enclin à défendre le bonhomme.

          Deux: oui un médecin quand il se revendique comme tel lors d’un échange sur les réseaux sociaux doit beaucoup de choses: respecter le serment d’Hippocrate, le code de déontologie médicale, les lois de ce pays, le secret professionnel. Il ne fait rien de tout cela, et de ce fait son « karma » comme vous dite, est bien sombre.

          Pour info, ce médecin est DÉJÀ militant de la manifpourtous depuis la première heure. Je vous invite à lire sa théorie sur le fait que nous homos, soyons des « tares génétiques » lors qu’il évoque le mariage pour tous.

          Ses propos ignobles portent un lourd préjudice à tous ses confrères qui font correctement leur job. Réfléchissez un peu maintenant pourquoi son patient ne lui a pas dit qu’il est homosexuel ? Peut être parce que ce type venait de traiter les homos de « malades mentaux » quelques secondes avant la consultation comme il le fait dans ces écrits ? Il est où le sauveur du monde là ?

          La liberté d’expression est encadrée dans TOUS les pays du monde, d’autant plus quand on met en avant sa catégorie professionnelle pour donner du poids à son commentaire aussi stupide soit-il.

          Il a déjà vu des homosexuels contrairement à ce que vous dite, des centaines selon lui, il a aussi de très grande théories sur les couples homos. A lire ou pas.

          Maintenant réfléchissez un peu avant d’insulter vos interlocuteurs parce que je ne sais pas moi quel est le plus « beau spécimen » .

    • Thibaut

      Etre homosexuel n’a jamais empêché de dire des stupidités homophobes.

      • Ozelian .

        Si on veut une loi pour sanctionner tout avis divergent, bienvenue en URSS… et si tous les homos qui traitent les hétéros de beaufs, devaient être punis par la loi, ça ferait beaucoup de monde, on le sait toi comme moi… Est-ce que l’humanité a du temps à perdre à foutre un flic derrière chaque être humain pour des mots ? Et qu’est-ce que ça raconte de cette humanité ? Ce concept ridicule « les mots tuent », est similaire à une religion, c’est à dire méprisable : le réel est le réel. celui qui le transforme, est un psychotique. Dans le réel les mots ne tuent pas. On n’a jamais vu un mot traverser la cage thoracique et provoquer une hémorragie interne, comme le ferait une balle. Faut s’endurcir un peu, plutôt que rendre l’humanité faiblarde comme une vieille marquise surannée.

        • Irkoutsk69

          Quel déni de tous les crimes fait au nom de théologies, fanatismes etc. Toutes ces théories pourfendeuses d’humanité sont d’abord sortit par des mots et des sermons que vous le vouliez ou non.

          D’ailleurs si tout le monde à le droit de dire ce qu’il veut, pourquoi des associations n’auraient pas le droit non plus ?

          La société « surannée » que vous décrivez est surtout celle que vous défendez: on peut dire ce que l’ont veut mais qu’on en porte pas les conséquences ? On commence par les mots puis ensuite les actes ?
          Infantilisation des individus. Quand on est une société mature, les individus assument ce qu’ils disent et ce qu’ils font.

          • Ozelian .

            Ces religions dont tu parles, sont suivies par des cons. Tout homme a le devoir primordial de remettre en cause ce qu’il lit. Et tout homme qui entreprend une action mais dit : j’ai lu qu’il fallait le faire dans un livre, est l’unique responsable de ses actes, et non le livre. Car il existe un moment, où nous entrevoyons plusieurs futurs possibles. C’est là que nous exerçons notre libre arbitre. Si je choisis un futur négatif, je ne peux pas me défausser sur les autres. C’est ce qu’on devrait apprendre aux enfants, c’est d’ailleurs ce qu’on nous apprend, j’en ai le souvenir net pendant les cours de français : forgez votre opinion.

            Maintenant pour clarifier mon propos. Vouloir standardiser le monde et ses valeurs, traduit un penchant totalitaire. Jamais vous ne pourrez obliger tous les humains à accepter les homosexuels. Au mieux ce sera considéré comme un « handicap admissible »… y compris par nos parents, nos familles, même s’ils font mine de nous accepter. Nos parents se sentent trahis, nos frères et sœurs aussi, qui enfants, parlaient avec nous de partager leur filiation, les noël, les cousins, et qui le font certes, mais avec des pincettes quand nous sommes une famille homosexuelle… Leurs discours officiel, c’est une chose, au fond d’eux, c’est autre chose. On le ressent, quand on est réceptif à l’infime, au tressaillement de l’œil dans la conversation, à la nervosité des mains, à ces signes qui trahissent l’homme. Si tu es adulte tu l’acceptes et tu passes au dessus, tu fais mine toi aussi de ne rien voir, jusqu’à ce que tout soit pardonné, si tu refuses de l’accepter, tu tentes indéfiniment de changer le monde, en y perdant ton énergie, te rendant haïssable pour ton militantisme décalé et tyrannique.
            Nous avons obtenu des droits, le combat s’arrête là. Vouloir se faire aimer par la force de lois coercitives, est attentatoire à la dignité humaine. Quant à ta dernière phrase, elle est digne de Staline, j’espère qu’elle dépasse ta pensée : les individus assument ce qu’ils disent et ce qu’ils font… bien sûr qu’ils assument, donc que ferais-tu si ce mec disait : j’assume, tuez moi si vous voulez mais j’aime pas les homos et je ne les aimerai jamais, et je répèterai toute ma vie que c’est une perversion dégradante. Tu le tuerais ? Ah t’as l’air con là hein ? Parce que ton arsenal répressif, n’empêchera jamais les gens d’être libres, et ce genre de forte tête, vous allez les faire émerger, c’est une invitation que vous leur envoyez… C’était le cœur de mon propos. Cette réponse ne s’adresse pas à toi particulièrement, mais à tous.
            Bonne soirée, peace and love, OK ?

          • Julien Deb’s

            donc t’es en train d’insinuer qu’il ait normal que les gens soit homophobe … belle mentalité

          • Irkoutsk69

            Alors oui, les Discours haineux (parfois non conscients) sont porteurs de mort et de souffrances et donc les personnes qui les prononcent sont responsables, ils doivent donc en assumer les
            conséquences. La loi est faite pour ça: garantir notre vivre ensemble dans le respect (au mieux) des libertés de chacun. Et je vous rassure, aucune loi n’a le pouvoir de changer les convictions de qui que soit dans l’instant, c’est un travail de longue haleine (principalement l’éducation au sens large, dont les lois sont un élément parmi d’autres).

            En effet la loi a dû contraindre les moyens d’expression de nos convictions, puisque des gens en abusent pour promouvoir la volonté (plus ou moins assumée) de faire du mal à autrui.

            Ça c’est contraire à nos lois.

            Ce « médecin » en nous traitant de « tare génétique » (ce qui implique de fait, une volonté sous-jacente d’éradication) en est une belle preuve (outre le fait que l’exprimer en tant que médecin trahit également son code déontologique, et son serment d’Hippocrate).

            Pour ce qui est de votre exemple sur « tuez moi, je hais les homos »: il n’a aucun sens pour moi et m’est totalement incompréhensible malgré plusieurs relectures. Je pense que vous confondez plusieurs choses.

            Et puis ce qui me parait fou dans votre commentaire c’est que vous comprenez que des gens s’insurgent contre le fait qu’on les oblige à ne pas PROMOUVOIR GRATUITEMENT la haine de l’autre (ce qui est très différent que de le penser ou de l’exprimer dans le privé) ? Mais où allons nous alors ?

            Enfin ce que vous dites dans le début de votre commentaire est en total contradiction avec votre pessimisme sur le reste. Si les hommes « avaient le devoir » de remettre en cause les religions… et bien je pense qu’il n’y aurait plus de religion. Comment remettre en cause quelque chose qu’on vous assène dés les premiers jours de la vie, et qui est par définition est inattaquable puisque « c’est Dieu omniscient et omnipotent qui l’a dit » ? La religion est le libre arbitre ne sont-ils pas antinomiques ?

            (en réalité les croyants qui remettent en cause leurs propres instances existent et même sont de plus en plus nombreux, mais on en est loin du « tout homme » ! En tout cas merci à l’éducation, la raison, l’humanisme et les sciences pour ces progrès quand même!).

            Bref, de plus en plus difficile d’être « peace&love » quand on voit ce qui se déroule sous nos yeux. L’accès, par des ploucs ignares (je ne parle pas de vous bien entendu !) à la diffusion de leurs verbiages pathétiques sur internet. Propos relayés ensuite pas des milliers de piliers de bars incultes qui n’ont jamais ouvert un livre de leur vie ou encore par des vieux cul-bénis qui croient y déceler les paroles de la sainte-vierge…

            et qui n’ont comme seul argument que de traiter d’islamo-gender-athé-bobo-gaucho-collabo-LGBT-francmaçon-juif (+ tare génétique ?) quand tu leur réponds que leurs discours sont dangereux et basés sur aucun fait réel.

            Mais enfin je suis un éternel optimiste (je devrais probablement arrêter internet) . #donquichotte

            Bonne soirée également.

          • Ozelian .

            Je comprends ce point de vue, mais je pense que la société engendre l’homme et la femme. Avec une société qui verrouille tout, même l’expression verbale, on n’engendre que des hommes et des femmes qui sont pour ainsi dire castrés. Des chats mouillés. Il est essentiel de pouvoir supporter la critique, même l’insulte, dans le développement d’un être humain. Je veux des êtres humains pleinement adultes, pas un grand jardin d’enfants manipulé par des marionnettistes, ce qui est un peu le résultat du socialisme et de ce type de politique.

        • Thibaut

          Quand on est médecin, on a une responsabilité, et on a , de facto, un argument d’autorité, si on dit ça sur un réseau social on ne peut pas le laisser tel quel sans le contredire. Il s’agit ici d’un discourt PUBLIC. Il n’est pas question d’interdire aux gens de dire ce qu’ils veulent sauf via des médias de grande diffusion.
          Tu parles de s’endurcir, moi je pense que ceux qui doivent s’endurcir c’est ceux qui considèrent que c’est au dessus de leur force de se retenir de balancer des saloperies homophobes ou insultantes sur les réseaux sociaux…

          • Ozelian .

            Je pense que l’homosexualité est un désordre psychique, bien que moi-même homosexuel. Seulement comme je parle d’endurcissement, je suis capable d’assumer mes désordres, et les reproches qu’on pourrait m’adresser pour y avoir cédé. Il est possible de ne pas céder à ce désordre, puisque tout notre parcours sur terre repose sur le fait de se vaincre, pour aller vers soi-même, ce moi profond qui s’impose avec le temps, après cette lutte contre soi… Maintenant j’ai cédé à cette « tare » parce que j’estimais qu’elle était peu importante au regard de la société en général, de mon désintérêt pour la sexualité, car je cherche d’une harmonie plus générale. Mais je comprends que certains puissent voir dans mon renoncement à réformer ce désordre, une nullité intrinsèque, un manque de volonté consternant, celui que je reproche aux obèses, un abandon écœurant de toute ma personne. C’est pourquoi j’accepte les critiques, tant qu’elles restent des mots. Médecin ou pas ça ne change rien, on est un homme avant d’être un médecin.

    • wahhh

      ça fait du bien de lire un peu de bon sens, merci à toi, surtout quand on voit que deux gars se sont fait cassé la gueule en fin décembre à Metz parce que gays. Moi aussi je suis comme toi les associations j’en ai franchement des boutons : elles nous font trop souvent honte. Pour les deux victimes de Metz les salopards ont été arrêtés et là je dis nos « cousines » de bien lâcher les chiens et de les faire mordre.

  • Thibaut

    Le reste de sa discussion est effrayante (association de l’homosexualité à une tare génétique au prétexte que « hétérosexualité = normalité = capacité à se reproduire »… Comment peut on penser, dire et publier de telles stupidités quand on a fait des études? Ce type devrait venir dans mes classes reprendre son cursus à la base…
    La vision de l’homosexualité dans le monde médical français est vraiment archaique… (ne parlons même pas des séminaires de psychologie sur le sujet…)

  • Irkoutsk69

    Comme France bleu, comme l’obs vous oubliez 99% des textes de ce mec, et qui ont encore plus insurgé les internautes. Est-il si difficile de faire une recherche sur le fil twitter ?

    Vous lirez des propos 100 fois plus immonde que ça sur les homos et ses théories sur les juifs et autres minorités de ce pays.

    Et comment ne pas aussi s’insurger de la trahison du secret médical ? Comment ne pas approfondir que beaucoup d’homos ne disent pas à leur médecin qu’ils sont gay à cause de propos comme cela ?

    Bref j’attendais un peu mieux de vous.

  • wahhh

    A la lecture des commentaires de cet article, on compte en effet beaucoup de fofolles parmi nous. Messieurs un coup de quéquette je suis là, et alors vous verrez vous serez mieux sublimer dans votre actualité… Le médecin a soigné son patient, que celui qui n’a jamais mangé dans un internat de médecine aille au moins observer les murs de cette cantines, et écoutent les blagues cochonnes ou perverses de ces futurs toubibs. Décidemment ne salez pas trop la soupe si vous voulez en boire et prendre du plaisir (à vivre ensemble).

  • wahhh

    Allez moi aussi je peux rajouter aux descriptifs de ce médecin qui a soigné une syphilis (oh le vilain méchant) : « de type fofolle » > qui utilise un iphone9, qui a des chaussures blanches (celles que je mettais quand j’étais au collège), qui sms avec les deux pouces sortis des gants en laines coupés à chaque doigts, qui arrive à marcher dans la rue en surfant avec le bout de l’index relevé avec élégance, qui bande dés qu’il voit un beau mec (là je me reconnais), et qui l’été a un pantalon rouge! Au printemps au tout tout premier rayon de soleil c’est les « de type fofolle » qui mettent les premiers les tongs dans le métros parisiens, c’est aussi ceux là qui mettent un tee shirt débardeur pour aller bosser quand il fait 10 degrés dehors… Mais j’avoue que au lit un petit « de type fofolle » ça me fait beaucoup de bien (aussi quand il s’en va au petit matin.

  • Fred275

    docteur nous sommes nombreux a penser comme vous, les fofolles c est bien une nuit, mais apres que l on les aient gavé au jus on est content quand elles partent remuer du cul ailleurs

ads