Abrogation du mariage pour tous : Marion Maréchal-Le Pen enfonce le clou

Marion Maréchal-Le Pen abrogation du mariage pour tous Front National

S'il y est une chose sur laquelle la tante et la nièce Le Pen s'entendent en ces temps d'élection, c'est sur le retrait des droits aux couples homos.

Marine Le Pen élue le 7 mai, la loi Taubira sera abrogée. C'est en tout cas ce que promet la candidate frontiste dans son programme, et notamment dans son engagement "anti-LGBT" qui porte le numéro 87. "Pas d'effet rétroactif" pour cette mesure qui annonce ainsi, dans un même pays, des couples homos mariés (30.000 depuis 2013 selon l'association Stop homophobie) et d'autres qui n'auront plus ce droit, bien que cela aille à l'encontre du principe constitutionnel d'égalité des couples.
Dimanche 30 avril sur BFMTV, la nièce de la candidate à l'élection présidentielle a confirmé l'unanimité du Front National pour cette suppression de droit et de reconnaissance :

C'est une promesse qui sera tenue et je m'en porterai garante. Il n'y a pas eu de débat pour l'intégrer [cette mesure] au sein de notre projet. Cette loi sera abrogée.

En revers de la dédiabolisation

Plus jeune députée de l'histoire de la République française élue en 2012 et meilleur score du Front National à une élection régionale en 2015, Marion Maréchal-Le Pen incarne et rassemble l'aile radicale du parti déjà ancré à l'extrême-droite de l'échiquier politique. Là où Marine Le Pen s'acharne à dédiaboliser le parti de son père, notamment sur le créneau LGBT, en mettant en avant les cadres frontistes homosexuels et en prenant garde de ne se prononcer que très rarement sur ces sujets, Marion Maréchal-Le Pen s'était affichée dans les rangs de la Manif pour tous à l'époque des débats sur la loi Taubira.
L'année dernière, elle offrait le genre de dérapage que l’on avait l'habitude d'entendre dans la bouche de son grand-père. En déplacement en Italie, Marion Maréchal-Le Pen qualifiait mariage pour tous, mères porteuses et études de genre de "délires et fantasmes LGBT". Le lendemain, elle affirmait à Milan auprès du parti populiste italien Ligue du Nord que "faire [du mariage] une reconnaissance sociale de l'amour ouvrirait la voie à de nombreuses dérives. Car évidemment, d'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour" comme "la polygamie".
Lors de son passage à BFMTV, la député du Vaucluse réaffirmait également l'engagement de Marine Le Pen contre l'ouverture de la PMA aux couples de femmes ou aux femmes célibataires, et contre la reconnaissance des enfants nés pas GPA à l'étranger, bien que la Cour européenne des droits de l'homme ait plusieurs fois condamné la France pour cette position, jugeant que cette non-reconnaissance va à l'encontre de l'intérêt supérieur et de son droit au respect de la vie privée.
 

En Marche ! condamne

Emmanuel Macron, en meeting à La Villette hier, a condamné cette position du Front National contre les droits LGBT ainsi que les "propos homophobes de Jean-Marie Le Pen" qui déplorait ouvertement, dans l'hommage rendu à Xavier Jugelé par son compagnon, l'institutionnalisation du "mariage homosexuel" (sic.). Prenant le contre-pied des frontistes, le candidat d’En Marche ! s'est positionné comme le défenseur de la filiation “de cœur” et des familles homoparentales en déclarant :

Je défendrai ce qui a été fait durant ce quinquennat, que je protègerai toutes les familles, au nom des familles, parce que deux hommes qui s’aiment et ont des enfants, c’est aussi une famille, parce que deux femmes qui s’aiment et ont des enfants, c’est aussi une famille, (...), c’est leur droit enfin reconnu.

 
À LIRE AUSSI :

La candidate frontiste qualifiée au second tour veut supprimer le mariage pour tous

Entretien exclusif : Emmanuel Macron et son programme (tiède) pour les LGBT

Pour la Manif pour tous, « Macron, c’est non ! » Et Le Pen, c’est oui ?


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail