facebook

Le meurtrier présumé de Vanesa Campos mis en examen et incarcéré

Le 18 janvier dernier, le meurtrier présumé de Vanesa Campos, Mahmoud K., a été mis en examen pour "meurtre en bande organisée et vols aggravés" avant d'être placé en détention provisoire. Neuf autres personnes ont déjà été incarcérées dans le cadre de cette enquête.

Cinq mois après le meurtre par balle de Vanesa Campos dans le bois de Boulogne, l'enquête progresse. Alors que neufs personnes, dont trois mineures, ont déjà été mises en examen et écrouées dans le cadre de l'enquête sur la mort de cette travailleuse du sexe trans', une nouvelle interpellation vient d'avoir lieu.

Mahmoud K., le tireur présumé, a été présenté à un juge d'instruction le vendredi 18 janvier et mis en examen des chefs de "meurtre en bande organisée" et "vols aggravés", a indiqué une source judiciaire à TÊTU, confirmant une information du Parisien. Il a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris.

L'homme d'une vingtaine d'années, d'origine égyptienne, avait été arrêté en Allemagne fin décembre, avant d'être remis aux autorités françaises quelques semaines plus tard.

D'où provient l'arme du crime ?

Mahmoud K., aurait donc passé quatre mois en cavale, passant notamment par Lille. Selon Le Parisien, il a été désigné comme le meurtrier de Vanesa Campos par ses complices. « Mahmoud a sorti son arme tout de suite et il a tiré sur le travelo [sic] à trois ou quatre mètres de distance. Le travelo s’est écroulé au sol et Mahmoud a continué à tirer en l’air en bougeant beaucoup le bras », aurait raconté l'un d'eux devant les enquêteurs.

Une autre question reste en suspens : d'où provient l'arme utilisée par le tireur ? Les douilles retrouvées au sol le soir du crime sont effet identiques à celles utilisées par la police. Or, les 21 juillet et 9 août, deux fonctionnaires s'étaient fait dérober leur arme de service, sans que celles-ci aient encore été retrouvées. Le Parisien affirme qu'une photo de Mahmoud a été retrouvée posant avec une arme similaire.

A LIRE AUSSI : Vanesa Campos tuée au bois de Boulogne : l’arme du crime aurait été volée à un agent de police

Un groupe qui inquiète

Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transgenre de 36 ans, d’origine péruvienne, avait été frappée et tuée par balle dans la nuit du 16 au 17 août dernier au bois de Boulogne. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime serait intervenue dans un conflit avec « un groupe de ‘roulottiers’ qui écume le bois et détrousse les clients et prostituées ».

Un groupe qui sévirait depuis au moins trois ans dans cette zone, selon plusieurs témoignages recueillis par TÊTU. « Ils ont créé une mafia à l’intérieur du bois. J’étais sous l’emprise de leur domination, je restais silencieuse », nous confiait Beatriz peu après le drame.

Crédit photo : Rozenn Le Carboulec pour TÊTU.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail