facebook

Montpellier : un ancien élu-FN condamné pour avoir démâté un « rainbow flag »

L'ancien élu FN, Djamel Boumaaz, a été condamné à six mois de prison avec sursis pour avoir, en 2016, démâté le drapeau arc-en-ciel qui flottait devant l'Hôtel de Ville de Montpellier, avant d'essayer de l'enterrer.

Le jugement est tombé ce mercredi 20 février. Le conseiller municipal de Montpellier et ancien-élu FN Djamel Boumaaz a été condamné à une peine de six mois de prison avec sursis et cinq ans d'inéligibilité par le tribunal de grande instance de la ville. Il devra également payer à plusieurs associations, parties civiles lors de son procès, plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts.

Cette lourde sanction fait suite à un acte homophobe commis en 2016 et filmé à l'époque par le journal local Midi Libre. Dans cette vidéo, on pouvait voir l'élu grimper sur un pylône dans le but de décrocher un drapeau arc-en-ciel installé devant l'Hôtel de Ville de Montpellier à l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

Il a ensuite voulu l'enterrer symboliquement, pour "alerter l'opinion publique sur le lobby gay et lesbien qui envahit nos institutions, collectivités, écoles et bientôt nos crèches".

A LIRE AUSSI : Montpellier : un élu ex-FN décroche et enterre le drapeau LGBT

Mercredi 20 février, le maire de Montpellier, Philippe Saurel, a salué cette sanction : "Je me réjouis de la décision prise par le tribunal condamnant un comportement contraire aux valeurs de la République".

Un personnage "dédaigneux"

Interrogé par TÊTU, Frédéric Hay, président de l'association LGBT+ Adheos, ajoute : "Il s'agit d'un jugement exemplaire. C'est un personnage dédaigneux qui a l'habitude de passer devant le tribunal. D'ailleurs, il ne s’est même pas présenté à son procès". Et d'ajouter : "On est très satisfaits ! Car si toutes les actions en justice que l’on menaient déboulaient sur des décisions aussi fortes, il y aurait sûrement moins d’homophobie."

Et "dédaigneux", Djamel Boumaaz l'est. Sans aucun doute. Car si certaines personnes condamnées pour homophobie s'excusent, lui récidive et signe ! Dans une série de messages postés sur Facebook, il se moque notamment de Philippe Saurel et de "sa p'tit bande de LGBTQ... WXYZ". Boumaaz a fait part de son intention de faire appel de cette décision.

A LIRE AUSSI : L'élu qui a vandalisé le drapeau LGBT de Montpellier fanfaronne au Petit Journal

Crédit photo : capture Facebook.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail