facebook

Brésil : un baiser entre personnes de même sexe pourrait valoir de la prison, selon un député

Coronel Tadeu, un député fédéral de Sao Paolo issu du parti présidentiel, estime qu'un baiser entre deux personnes de même sexe représente un "acte obscène" qui n'a pas sa place dans l'espace public.

Six mois à un an de prison. Au Brésil, l'article 233C du code pénal, qui sanctionne les "actes obscènes", prévoit une peine sévère. Coronel Tadeu, député du xénophobe parti "social-libéral" du président Jair Bolsonaro, estime que les baisers entre personnes de même sexe entrent dans le cadre de ce texte juridique.

L'homme politique a partagé sur son compte Twitter un montage faisant le lien entre baiser et code pénal. Un message demande "préférez-vous un président qui dénonce les actes obscènes ou un qui considère que c'est de l'art ?". A sa droite, une photo de l'ancien président Lula, rieur devant deux hommes s'embrassant, visiblement dans le cadre d'un spectacle.

A LIRE AUSSI : Agression homophobe : deux hommes tabassés à Paris après s’être embrassés

Un épisode LGBTphobe de plus

Depuis l'élection de Jair Bolsonaro, les LGBT+ brésiliens sont régulièrement la cible du gouvernement d'extrême-droite. Le bien-fondé de leurs inquiétudes a vite été confirmé. Depuis janvier, le président supprime les questions LGBT du ministère des Droits de l'Homme et choisit l'extrémiste religieuse Damares Alves pour le ministère de la Famille.

La libération de la parole homophobe dans l'espace public a poussé le député gay Jean Wyllys à la démission, après plusieurs menaces de mort. Afin de se protéger, les couples gays et lesbiens se marient de plus en plus.

A LIRE AUSSI : Instagram s'excuse d'avoir effacé une photo où deux hommes s'embrassent

Jair Bolsonaro, qui considère Titeuf comme "une porte ouverte vers l'homosexualité", a partagé la semaine dernière une vidéo d'une golden shower entre hommes sur son compte Twitter. Une énième tentative d'attaque des LGBT qui semble oublier que les hétérosexuels ne sont pas étrangers à cette pratique...

A noter que dans le nouveau de notre magazine, nous consacrons un grand dossier aux inquiétudes des LGBT+ brésiliens face à l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro.

Crédit photo : creative commons flickr Sebastian Hesse


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail