facebook

PMA pour toutes : le projet de loi présenté en juin au Conseil des ministres, assure Philippe

Le projet de loi de bioéthique, qui intégrera la question de l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, sera présenté "au mois de juin" en Conseil des ministres, a assuré ce vendredi 15 mars le Premier ministre Edouard Philippe sur Europe 1.

Edouard Philippe a assuré qu'il n'avait "aucune envie de botter en touche". Le Premier ministre était interrogé par une auditrice qui a fait congeler ses ovocytes en Espagne et qui attend le projet de loi sur la PMA, promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Edouard Philippe s'est dit par ailleurs "bien déterminé à faire en sorte que les engagements pris par le président de la République en la matière soient tenus".

https://twitter.com/Europe1/status/1106462056365154304

L'ancien maire du Havre a affirmé que le gouvernement "devrait présenter dans le mois de juin un projet de loi qui traiterait de ces questions et de beaucoup d'autres qui s'inscrivent dans le cadre des lois de bioéthique".

A LIRE AUSSI : PMA pour toutes : « Je n’ai plus le temps d’attendre »

"Accepter l'idée d'avoir un débat"

Alors que le dépôt du projet de loi a été reporté à de nombreuses reprises, plusieurs associations se sont inquiétées ces derniers jours d'un risque de dérapage du calendrier. Pourtant, le président de la République s'était engagé à ce que la loi soit promulguée en 2019 lors d'une réunion à l'Elysée avec plusieurs associations LGBT.

A LIRE AUSSI : Associations LGBT à l’Elysée : ce que Macron leur a promis

Jugeant ces questions "complexes", il a estimé qu'il fallait "accepter l'idée d'avoir un débat et de les étudier". "On va présenter ce projet de loi au mois de juin en Conseil des ministres, c'est l'objectif que je me suis fixé". Le texte sera ensuite débattu à l'Assemblée nationale et au Sénat. Et Edouard Philippe d'ajouter :

"On est en 2019, le projet de loi sera déposé au milieu de l'année 2019 et l'examen à l'Assemblée nationale et au Sénat interviendra ensuite en fonction du calendrier parlementaire."

Recadrage

Une prise de position que l'on pourrait qualifier de recadrage. La semaine dernière, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale Gilles Le Gendre, était resté très évasif, voire méprisant, au sujet de l'ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes. Interrogé par une journaliste de France 3, il avait estimé "ça ne changera pas la face du monde" que la PMA soit votée fin 2019 ou début 2020.

A LIRE AUSSI : Face à l’urgence de la PMA, Gilles Le Gendre répond que « ça ne changera pas la face du monde »

Initialement prévue au Parlement avant fin 2018, la révision de la loi de bioéthique avait été repoussée en raison, selon l'exécutif, de l'encombrement du calendrier parlementaire. Mais certaines femmes attendent depuis 2013. Et pour elles, il est peut-être déjà trop tard.

(Avec AFP)

Crédit photo : capture d'écran Europe 1


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail