« En Corse, les personnes LGBT deviennent paranoïaques »

François Charles est né et a grandi à Bastia. Il est devenu l'an dernier le co-président de la toute première association LGBT de Corse. S'il ose prendre la parole au nom de la communauté LGBT et se montrer dans les médias aujourd'hui, c'est parce que son histoire le lui permet. Il la raconte à TÊTU.

Cet article a initialement été publié le 8 mai 2019. 

Il se passe en Corse quelque chose d'important. Le collectif de défense des droits LGBT Affaire de Famille Corsica vient d'annoncer la création de L'Arcu LGBTI + Corsica, pour "lutter contre toutes les formes de discriminations liées à l'identité de genre et l'orientation sexuelle". "Ce serait une sorte de mini Inter-LGBT locale", explique à TÊTU François Charles, qui en sera le premier président. L'antenne corse du Refuge, et les associations de lutte contre le sida Aiutu Corsu et Corsica Sida seront de la partie.

La Corse, François Charles la connaît bien. A 35 ans, cet originaire de Bastia a commencé à travailler sur un projet de film documentaire. Un film sur les LGBT corses, et surtout, sur leur invisibilisation. "La Corse cumule tout ce qui peut être problématique pour les populations LGBT. C'est une zone rurale, déconnectée du continent. On ne peut pas, en tant qu'homme gay, se rendre dans la grande ville la plus proche en deux heures de voiture pour sortir ou tenir la main à son copain dans la rue, raconte-t-il. Et puis... ...


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail