Clip, brassards arc-en-ciel… : 4 mesures contre l’homophobie dans le foot

La Ligue de football professionnel a dévoilé dans Le Parisien plusieurs mesures pour lutter contre l'homophobie dans le sport, dont la mise en place d'une procédure de signalement des actes LGBTphobes dans les stades.

Les annonces ont été faites à quelques jours de la journée internationale de lutte contre l'homophobie. La Ligue du football professionnel (LFP) a dévoilé ce lundi dans les colonnes du Parisien un "plan d'action" pour lutter contre les LGBTphobies dans le sport.

"Les discussions ont débuté il y a plus de six mois", détaille à nos confrères Bertrand Lambert, président de PanamBoyz & Girlz United. Ce dernier était déjà à l'origine de l'opération "lacets multicolores" en 2014 et 2016. "Notre volonté était d’aller beaucoup plus loin et de s’adresser à l’ensemble des acteurs du football."

Clip de sensibilisation et brassard

Première annonce : les capitaines, délégués de matchs, entraîneurs et arbitres de Ligue 1 et Ligue 2 porteront un brassard arc-en-ciel les samedi 18 et 19 mai, à l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'homophobie la veille. Une mesure initiée par nos amis britanniques en 2017.

"Un clip de sensibilisation sera également diffusé sur les écrans géants des stades et sur les réseaux sociaux", précise Le Parisien. Il sera intitulé "Homo comme hétéro, on porte tous le même maillot", ajoute la LFP.

Ateliers de sensibilisation

Les autres annonces tendent à agir sur le long terme. Des livrets pédagogiques, imaginés par l'association de Yoann Lemaire, seront désormais distribués aux jeunes joueurs dans les centres de formation. Des ateliers de sensibilisation à la lutte contre l’homophobie, animés par SOS homophobie et Foot Ensemble, seront également proposés dans plus de clubs pour tenter de "déconstruire les clichés".

Former les "référents supporters"

Une autre mesure concerne les supporters et les chants homophobes que l'on entend régulièrement dans les stades. A partir de la saison prochaine, les "référents supporters" seront formés à la lutte contre les LGBTphobies par des partenaires de la LFP tels que SOS Homophobie, Foot Ensemble, les Panamboyz & Girlz United ou encore la Dilcrah.

Une mesure bienvenue quand on se souvient des propos tenus par Nathalie Boy de la Tour le 25 mars dernier, qui avait estimé que les chants homophobes faisaient partie "du folklore". Elle avait ensuite regretté des propos "mal compris", sur les "habitudes de certains supporters".

A LIRE AUSSI : Homophobie dans le foot : « On n’éduquera pas les supporters en les virant des stades »

"L’idée est de leur expliquer que même s’ils n’ont pas conscience de la portée homophobe des termes qu’ils utilisent - 'pédé', 'enculé' -, ces insultes le sont bel et bien et peuvent faire beaucoup de mal, précise Bertrand Lambert au Parisien. Et s’ils ne comprennent pas et qu’ils continuent, il y aura des sanctions."

Fiches de signalement

Dernière mesure : la LFP prévoit la mise en place d'une procédure de signalement des actes homophobes à travers des "fiches de signalement". L'idée est de permettre à tout spectateur de rapporter un acte ou des insultes discriminantes. Le conseil de discipline pourra ensuite être saisi et un dépôt de plainte sera aussi possible.

"Un travail va être lancé fin mai avec l’ensemble de nos associations partenaires sur ce sujet pour définir ce qu’est une insulte homophobe aux yeux de la justice, et ainsi permettre son traitement par la commission de discipline", annonce aussi la LFP.

"Il s'agit de la même procédure que pour les actes racistes", abonde Bertrand Lambert qui se réjouit d'un plan qui enclenche "une nouvelle dynamique".

Crédit photo : CHRIS J. RATCLIFFE / AFP.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail