Et le prix international de la ville de Paris pour les droits LGBTQI+ est remis à…

Anne Hidalgo a remis ce vendredi son prix international de la Ville de Paris aux associations qui font progresser les droits LGBTQI+ dans le monde. Elle en a aussi profité pour interpeller le gouvernement sur la PMA.

Depuis l'année dernière, à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie, la Mairie de Paris récompense les associations qui se battent en faveur des droits des personnes LGBTQI+ en France et à l'international. Sous les dorures et les ornements de l'un des salons de l'Hôtel de Ville, dans le 4e arrondissement, étaient rassemblés des associatifs du monde entier, ainsi que des élus de la ville de Paris, comme Christophe Girard et Anne Hidalgo.

La lutte contre l'homophobie et la transphobie récompensée

Cette deuxième édition a récompensé, au niveau national, l'association réunionnaise "Orizon". Destinée aux victimes de discriminations et à leurs proches, elle a notamment mis en place l'an dernier une charte à destination des commerces et établissements de santé de l'île. L'objectif ? "Valoriser les initiatives vertueuses" et "rendre service aux personnes LGBT en leur faisant mieux connaître les lieux dans lesquels ils peuvent être certains d’être accueillis dans de bonnes conditions".

Parmi les nommées du prix francophone, c'est l'association "Transgenre Burkina" qui a été honorée. Créée l'an dernier, il s'agit de la première association destinée aux personnes trans' du Burkina Faso. Si sa création n'a pas été un long fleuve tranquille, la structure compte désormais une cinquantaine de membres, selon Le Point. Elle a par ailleurs obtenu ses premiers financements récemment (1,2 million de francs CFA, soit un peu plus de 1 800 euros). Le prix de la ville de Paris, récompensé par une donation de 5.000 euros, devrait leur être utile.

Du côté du prix international, c'est l'association colombienne Red Comunitaria Trans Bogota, qui emporte la mise.

Les engagement de trois autres associations ont été récompensés d'une mention spéciale par la maire de Paris Anne Hidalgo : le collectif intersexes et allié.e.s, l'association malagache MSN Madagascar, et l'European Lesbian Conference, qui s'était tenue en avril dernier à Kiev.

A LIRE AUSSI : "On veut mettre la pression à l'échelle internationale" entretien avec la co-présidente de l'European Lesbian Conference. 

L'engagement d'Anne Hidalgo pour la PMA

La maire de Paris a également profité de l'occasion pour pousser un petit coup de gueule contre le gouvernement, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous :

"Il faut avancer plus vite [sur le vote PMA pour toutes, NDLR]. Tous les motifs de recul, de retard de la loi ne sont plus tolérables. Pour tenir notre rang aussi à l'international, cette loi doit enfin être présentée, votée, promulguée, appliquée."

La maire de Paris a toujours été impliquée dans la lutte contre les LGBTphobies. En novembre dernier, elle avait présenté un grand plan d'une dizaine de propositions pour lutter contre l'homophobie et la transphobie.

Crédit photo : Mairie de Paris/DR.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail