facebook

Pour le suppléant d’Agnès Thill, l’ex-députée LREM est « inadaptée » à la fonction

Patrick Fizet estime que la députée est une "erreur de casting".

C'est par des mots durs que Patrick Fizet, maire (LREM) de Fouilloy, dans l'Oise, décrit Agnès Thill, ex-députée LREM, dans les colonnes du Parisien. Celle qu'il qualifie d'"erreur de casting" a été exclue de La République en Marche le 26 juin dernier, après avoir cumulé les dérapages et sorties homophobes.

"Tout le monde le dit et c'est vrai, poursuit-il, elle est inadaptée à la fonction de député, mais par rapport à la profession de foi qu'elle a envoyé à LREM, personne ne pouvait le deviner." 

À LIRE AUSSI : La députée de l’Oise Agnès Thill exclue de LREM

Individualiste

Âgé de 63 ans, l'édile décrit également la députée comme "individualiste". "Elle aime être sous le feu des projecteurs et ne laisse la place à personne d'autre", explique-t-il au Parisien. Il critique au passage son appartenance à "l'ancien monde" plutôt qu'au "nouveau monde", en rappelant qu'elle avait embauché deux membres de la même famille en tant qu'assistants parlementaires.

Des tâcles qui peuvent s'expliquer par leurs relations, "plus que distendues" écrit le Parisien. "Agnès Thill a considéré que mon rôle de suppléant s'arrêtait le soir de son élection", analyse le maire de Fouilloy.

Opposée à la PMA pour toutes

S’estimant discréditée par la majorité, elle s’est comparée plusieurs fois à Zinédine Zidane devant les caméras. "Lorsqu’il a donné son coup de tête (en finale du Mondial 2006), il a eu tort, mais cela faisait une heure et demie qu’on insultait sa famille… Mais cela n’excuse pas son geste". "En quoi suis-je dangereuse sinon à éveiller les esprits et à susciter la réflexion ?", a-t-elle lancé dans les couloirs du Palais Bourbon le jour du discours de politique générale du premier Ministre, Edouard Philippe.

À LIRE AUSSI : C’est officiel, LREM n’en peut plus d’Agnès Thill

Ces derniers mois, Agnès Thill avait multiplié les sorties anti-PMA sur les réseaux sociaux et dans la presse. Dans une interview publiée le 5 juin dans le magazine L'Incorrect - fondé par des personnalités politiques de droite et d'extrême droite - l'ex-directrice d'école avait affirmé que l'ouverture de la PMA pour toutes "restera(it) dans l'histoire comme celle qui aura évincé les pères de la naissance et de l'éducation des enfants".

Patrick Fizet, lui, s'est dit finalement satisfait d'avoir été mis à l'écart par la députée. Cela lui a permis de "ne pas être trop associé à son image", rapporte le Parisien.

Crédit photo : capture d'écran de l'Assemblée nationale.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail