facebook

La députée de l’Oise Agnès Thill exclue de LREM

La députée de l'Oise Agnès Thill, convoquée mardi 25 juin par la commission des conflits de LREM pour ses propos anti-PMA, a été définitivement exclue du parti ce mercredi.

Il n'y aura pas de nouvelle mise en garde. La députée de l'Oise Agnès Thill, farouche opposante à la PMA pour toutes, a été exclue de La République en marche (LREM) ce mercredi 26 juin, après son passage à la Commission des conflits du parti hier. L’élue avait été entendue une première fois en février par cette commission pour des déclarations contre la PMA mais elle n’avait reçu qu’une simple "mise en garde" après s’être engagée "à faire attention à ses propos".

La commission reproche à la députée "d’avoir tenu des propos polémiques sur les réseaux sociaux et également par voie de presse à propos du projet du gouvernement d’ouvrir la PMA à toutes les femmes", apprend-t-on dans un communiqué de presse du groupe LREM publié ce mercredi 26 juin. "Ces propos sont préjudiciables à la cohésion du mouvement et nuisent à son image (...) La Commission relève également que la fréquence et le caractère pernicieux des propos de Madame Agnès Thill génèrent et nourrissent une agressivité qui portent atteinte à la sérénité du débat."

Et de conclure : "Ces propos qui apparaissent comme blessants à l’encontre de certaines catégories de personnes, notamment les familles monoparentales et homoparentales, vont à l’encontre de la Charte et des valeurs inclusives du Mouvement."

Ces derniers mois, Agnès Thill avait multiplié les sorties anti-PMA sur les réseaux sociaux et dans la presse. Dernier évènement en date : une interview au magazine très conservateur L’incorrectElle y estime que la loi bioéthique, prévoyant l’ouverture de la  PMA à toutes les femmes, qui doit être débattue au parlement en septembre prochain, "restera dans l’histoire comme celle qui aura évincé les pères de la naissance et de l’éducation des enfants. C’est trop grave".

"Ce sera nous ou elle"

"Ce sera nous ou elle", avaient alors réagi les députés LREM Raphaël Gérard et Laurence Vanceunebrock-Mialon sur Twitter. "Agnès Thill est le cheval de Troie de la Manif pour tous, de Sens commun, du Rassemblent national, avait commenté la députée auprès de TÊTU. Elle fait un travail de sape de l’intérieur. Tout le monde s’en rend compte, mais les instances de notre mouvement sont gênées de prendre des décisions."

Souffrance des femmes seules ayant recours à la PMA comparée à celle de "drogués", existence d'un "puissant lobby LGBT" au Palais Bourbon" et "absence de genre dans le mot parent" qui "favorise(rait) l'éclosion d'écoles coraniques"... : l'élue avait déclenché d'autres polémiques ces derniers mois.

A LIRE AUSSI : Seize parlementaires LREM appellent à mettre un terme à l’homophobie et au sexisme au sein de leur parti

Dans une tribune publiée par TÊTU, à l’initiative du mouvement "LGBT+ En Marche!", 109 parlementaires et militants LREM avaient en mars dernier vivement critiqué les propos d'Agnès Thill et demandé aux dirigeants de leur parti de mettre fin à l’homophobie et au sexisme au sein de leur formation politique.

Elle se comparait à Zinedine Zidane

S'estimant discréditée par la majorité, elle s'est comparée plusieurs fois à Zinédine Zidane devant les caméras. "Lorsqu'il a donné son coup de tête (en finale du Mondial 2006), il a eu tort, mais cela faisait une heure et demie qu'on insultait sa famille... Mais cela n'excuse pas son geste".

"En quoi suis-je dangereuse sinon à éveiller les esprits et à susciter la réflexion ?", disait Agnès Thill dans les couloirs du Palais Bourbon le jour du discours de politique générale d'Edouard Philippe, qu'elle a salué.

Mardi, à l'issue de l'audition de la députée, qui avait avait duré près de deux heures, son avocat Me Richard Sebban avait indiqué qu'il engagerait "une saisine du tribunal de grande instance pour demander sa réintégration" en cas d'exclusion. Il devrait communiquer à ce sujet prochainement.

Crédit photo : Christophe ARCHAMBAULT / AFP.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail