footballCoupe du monde au Qatar : les personnes LGBT "bienvenues", mais à une condition…

Par Antoine Patinet le 30/09/2019
La coupe du monde de football 2022 se tiendra au Qatar

Le Qatar à tenu à rassurer les supporters LGBT+ : ils seront les bienvenus à la Coupe du monde de football, en 2022. Mais attention à ne pas être trop visibles...

Alors que les polémiques s'enchaînent sur l'organisation de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, le pays tente de rassurer. Interrogé par l'AFP ce mercredi 25 septembre, Nasser al-Khater, responsable de l’organisation de l’événement, a assuré que les homosexuel.le.s et les personnes transgenres seraient les bienvenu.e.s à la Coupe du Monde.

"Je tiens à assurer à tous les fans, quel que soit leur genre, leur orientation (sexuelle), leur religion ou leur race, que le Qatar est l’un des pays les plus sûrs au monde et qu’ils seront tous les bienvenus ici", a déclaré Nasser Al-Khater. "La sécurité de tous les supporters est de la plus haute importance pour nous, a-t-il insisté. Nous formons les personnels de sécurité pour être sûr que les différences culturelles soient vues comme telles".

L'homosexualité illégale au Qatar

En fait d'être l'un des pays "les plus sûrs du monde", le Qatar est surtout loin d'être le plus LGBT-friendly. L'homosexualité y est ainsi punissable de sept ans de prison et, pire – puisque la charia prévaut –, les relations sexuelles entre personnes de même sexe de confession musulmane sont passibles de la peine de mort.

En juillet 2018, le Qatar avait aussi été suspecté d'avoir censuré une dizaine d'articles traitant des questions LGBT dans l'édition internationale du New York Times, provoquant la colère des activistes. « En tant que pays hôte de la coupe du monde, le Qatar devrait respecter ses engagements et appliquer les droits fondamentaux inscrits dans les standards de la FIFA. Le Qatar devrait montrer l’exemple aux pays participants. (…) La censure envoie le signe aux personnes LGBT+ qu’elles ne sont pas les bienvenues au Qatar », avait alors écrit la militante Minky Worden. La liberté de la presse est effectivement censée faire partie des pré-requis de la FIFA pour choisir le pays organisateur de la Coupe du monde...

LIRE AUSSI >> Quand le Qatar censure des articles LGBT+ 

Les LGBT peuvent venir mais dans leur placard

Donc si vous comptez vous rendre à Doha pour encourager les Bleus en 2022, il faudra vous faire discret. "Les marques d'affection en public sont mal vues ici, ce n'est pas dans notre culture", a reconnu le président du prochain mondial. Mais il tient toutefois à préciser que ces règles s'appliquent "à tout le monde".

Ce n'est pas la première fois que le Mondial de football au Qatar pose la question de l'accueil des supporters LGBT+. En 2010, l'ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, avait déclaré que les supporters gays devraient "se retenir" pendant l'événement. On se retient déjà, mais de claques qui se perdent…

LIRE AUSSI >> Antoine Griezmann dans TÊTU : « L’homophobie dans le football, ça suffit ! »

Crédit photo : capture d'écran YouTube/FIFA