Etats-UnisLaverne Cox ne veut plus entendre votre avis sur les personnes trans'

Par Samy Laurent le 07/10/2019
Laverne Cox

L'actrice américaine a raconté dans un podcast en avoir assez de débattre sur les personnes trans' aux Etats-Unis. Elle évoque également sa lutte contre la sérophobie et son engagement humanitaire en Afrique notamment.

Depuis l'apparition de Laverne Cox dans la série "Orange is The New Black", l'actrice est devenue la porte-parole des personnes trans' aux États-Unis. Et alors que les lois américaines à l'encontre des personnes trans' sont de plus en plus récurrentes, Laverne Cox a déclaré en avoir assez au micro de LGBTQ&A, un podcast sur l'histoire LGBT+. "J'en ai terminé de débattre de mon existence. J'en ai assez de débattre pour savoir si les personnes trans' sont réelles. Je suis réelle", a déclaré l'actrice. "Je suis assise là et j'ai vécu des expériences en tant que femme, en tant que femme trans', en tant que femme noire , et j'en ai assez de tout ça et je sais que beaucoup de personnes trans' en ont assez également".

"Ça ne m'intéresse plus de débattre de mon identité ou de mon existence"

L'actrice fait notamment référence au gouvernement Trump qui a précisé à la Cour Suprême américaine, en août dernier, qu’il est tout à fait légal de renvoyer une personne de son emploi à cause de son identité de genre. Aux États-Unis, il n’existe actuellement aucune protection nationale pour les travailleurs LGBTQ et, dans la plupart des États, il est légal de licencier quelqu'un parce qu’il est LGBTQ. Toutefois, le titre VII de la loi sur les droits civils, qui protège les personnes de la discrimination fondée sur le sexe, a parfois été interprété comme une protection des personnes LGBTQ.

À LIRE AUSSI : Et maintenant, Donald Trump dit qu’il soutient la communauté LGBT+…

"Ils discutent essentiellement de la légitimité des personnes trans, n'est-ce pas ? Que la non-binarité ou les personnes trans' n'existent pas, et moi je suis juste genre : "Ça ne m'intéresse plus de débattre de mon identité ou mon existence", a alors déclaré Laverne Cox. "Ce qui est en jeu avec le Titre VII c'est vraiment, est-il légal de discriminer les personnes LGBTQ? Et je ne pense pas que ce soit le problème. Je pense que la question serait plutôt : devrait-il être légal de discriminer quiconque dans ce pays? Et je dis non.", a poursuivi l'actrice de "Weird City".

Une figure de la lutte contre le VIH

Cox a également parlé de son engagement auprès de l'association (RED) et BAND-AID qui aident les personnes infectées par le VIH en Afrique Sub-Saharienne. "C'est quelque chose de concret que l'on peut faire pour changer la vie des gens qui vivent avec le VIH, et d'arrêter sa transmission de la mère à l'enfant pas encore né", a déclaré l'actrice. Aujourd'hui, ce sont encore 1 million de personnes qui meurent chaque année du sida, et sur 37 millions de personnes séropositives dans le monde, seulement 22 millions d’entre elles ont accès au traitement.

À LIRE AUSSI :Fonds mondial contre le Sida : le dernier appel d’Aides à Emmanuel Macron

Laverne Cox a également évoqué ses propres expériences avec le virus du sida. "Un ami très cher est décédé du sida, il n'a pas eu de traitement car personne ne savait qu'il était positif", a t-elle raconté, "Il ne l'a dit à personne à cause du stigma et de la honte, et il pourrait être encore en vie s'il n'y avait pas cette stigmatisation que l'on doit vraiment abandonner. On le doit vraiment".

"J'ai des amis tellement incroyables qui vivent avec le VIH, qui sont indétectables et qui mènent ces vies incroyables parce qu'ils ont accès aux médicaments et je veux les célébrer.", a déclaré Laverne Cox. Pour rappel, les médicaments permettent de faire baisser au maximum la charge virale ainsi rendre le virus indétectable. Soit undetectable = un-transmittable pour indetectable = intransmissible.

À LIRE AUSSI : Jonathan Van Ness, le nouveau visage de la lutte contre la sérophobie
Crédit photo : IMDB