David ValenceUne femme condamnée pour des injures homophobes contre le maire David Valence

Par tetu le 07/11/2019
david valence

Une internaute a été condamnée par le tribunal correctionnel d'Epinal pour injures homophobes à trois mois de prison avec sursis. Elle était accusée d'avoir proféré des injures homophobes à l'encontre du maire David Valence.

C'était un procès attendu. Une femme a été condamnée à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d'Epinal (Vosges) ce mardi 5 novembre. Elle était accusée d'avoir tenu des propos homophobes à l'égard du maire de Saint-Dié-des-Vosges, David Valence.

La prévenue, qui n'était pas présente à l'audience, aurait reconnu le caractère homophobe de ses propos, publiés sur la page Facebook d'un titre de presse en ligne. "Elle a écrit sous le coup de l’énervement", a précisé la présidente du tribunal Monique Thomas, dans des propos relayés par l'Est Républicain.

"Justice rendue"

"Justice rendue", a commenté l'élu sur Twitter, le jour du verdict. L'internaute devra également verser 500 euros de dommages et intérêts au maire ainsi que le remboursement de ses frais d'avocats.

David Valence avait déposé plainte contre X le 22 septembre dernier"J’ai porté plainte parce qu’aujourd’hui, les élus sont de plus en plus régulièrement insultés, a réagi le maire auprès de nos confrères de l'Est Républicain. Ce n’est pas la première fois que je subis ce genre d’injures, mais il faut arrêter. Je ne connais pas cette personne et elle ne s’est jamais directement excusée."

A LIRE AUSSI : David Valence, maire ouvertement gay : « J’ai compris que ça ne se passait pas mieux quand on cachait son homosexualité »

L'homme de 37 ans avait parlé de son homosexualité dans nos colonnes en janvier dernier. "On m’a parfois objecté mon homosexualité, confiait l'élu vosgien. On me l’a aussi discrètement reprochée, certains m’ont dit que ma vie privée les gênaient, d’autres m’ont dit qu’ils ne voteraient pas pour moi en raison de mon orientation sexuelle".

Et d'ajouter : "Ce genre de comportements et de remarques homophobes sont arrivés, oui. Mais par rapport à ce que je craignais avant de me présenter, c’était vraiment marginal."

Crédit photo : Facebook/David Valence.