égliseEn Alsace-Moselle, les églises protestantes vont pouvoir bénir des couples de même sexe

Par tetu le 18/11/2019
alsace

L'Union des Eglises protestantes d'Alsace et de Loraine ont acté la possibilité de bénir le mariage de deux personnes de même sexe.

Cela faisait plusieurs années que la question était posée. Selon France 3, l'Union des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL), qui comprend les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, a finalement décidé samedi 16 novembre la possibilité de bénir les unions entre personnes de même sexe (PACS ou mariage).

A en croire un document que ce sont procurés nos confrères de France 3, l'UEPAL explique que "les Églises protestantes considèrent le mariage comme un contrat humain et social qui ont  vocation à accueillir, accompagner et invoquer la bénédiction de Dieu sur les couples mariés qui le demandent".

Et d'ajouter : "La bénédiction d’un mariage ne constituant pas un sacrement, ni un élément fondamental de la foi chrétienne mais un sujet secondaire".

A LIRE AUSSI : Christophe Kocher, le pasteur strasbourgeois qui marie religieusement les couples homos

Ce document a été adopté à une large majorité : 36 voix pour et 13 contre, sans abstention.

Un pasteur bénit déjà des couples de même sexe à Strasbourg

"Nous avons décidé de donner cette possibilité à condition qu'il y ait accord du conseil presbytéral et du pasteur. Cela veut dire qu'il y aura des endroits où cela se fera et d'autres où cela ne se fera pas", a ajouté à l'AFP Christian Albecker, le président du Conseil de l'UEPAL.

Toujours selon l'AFP, "l'église soeur" de l'UEPAL dans le reste de l'hexagone, l'Eglise protestante unie de France (EPUdF) avait déjà donné son feu vert dès 2015 à la possibilité de bénir des couples gays ou lesbiens. Elle laissait également libres ses pasteurs de procéder ou non à ces bénédictions.

A Strasbourg, le pasteur Christophe Kocher accepte déjà de bénir des couples de même sexe depuis mai 2019. Ainsi, deux couples ont déjà reçu une bénédiction en l'église de Saint-Guillaume. "C’est un engagement en faveur de la reconnaissance inconditionnelle de la communauté LGBTI dans la foi", plaidait-il dans les colonnes de TÊTU en octobre dernier.

Crédit photo : Wikimedia Commons