haïtiLe militant LGBT haïtien Charlot Jeudy est mort

Par tetu le 26/11/2019
charlot jeudy

Le militant des droits LGBT+ haïtien Charlot Jeudy a été retrouvé mort le 24 novembre dernier. Selon la correspondante de l'AFP et RFI, il aurait été tué.

C'est une triste nouvelle pour la communauté LGBT+ haïtienne. Ce lundi 25 novembre, l'Ambassade de France a confirmé le décès d'un militant de longue date, Charlot Jeudy. "L'Ambassade de France a appris avec émotion le décès de M. Charlot Jeudy, Président de l'Association Kouraj, survenu dans des circonstances non encore élucidées", peut-on lire dans un communiqué de presse.

Et d'ajouter : "Elle présente toutes ses condoléances à sa famille et à ses proches. Elle déplore la perte de ce défenseur courageux des droits de la personne humaine et, tout particulièrement, des personnes LGBT. Elle engage les autorités à faire le plus rapidement possible toute la lumière sur les circonstances de ce décès."

Président de la fondation Kouraj

Agé de 34 ans, Charlot Jeudy était très engagé pour les droits des personnes LGBT+. Il était notamment président de l'association Kouraj, fondée le 18 décembre 2011, qui se décrit comme "la première et la seule organisation militante LGBT haïtienne en Haïti".

Selon leur site, "elle mène des actions de communication et de sensibilisation, tout d’abord pour répandre l’esprit de militantisme au sein des communautés LGBT en Haïti, ensuite pour rassembler toutes les personnes LGBT dans une lutte pour le respect de leurs droits humains, et enfin pour changer les mentalités et combattre les préjugés répandus au sein de l’ensemble de la société civile haïtienne".

L'information du décès de Charot Jeudy avait été révélée sur Twitter par la correspondante de l'AFP et RFI en Haïti, Amélie Baron. "C'est une terrible nouvelle pour la communauté (LGBTI, ndlr) et plus largement pour les défenseur des droits humains dans le pays", a-t-elle écrit. Selon elle, il s'agirait d'un meurtre.

Ce drame survient alors que l'île est en proie à une grave crise (économique, sociale et politique) qui se manifeste notamment par des manifestations à répétition depuis le mois d'août dernier, souvent émaillées de violences. Les manifestants réclament, entre autres, la démission du président Jovenel Moïse.

Crédit photo : Facebook/Charlot Jeudy.