confinementMalgré le confinement, ce cardinal homophobe incite les catholiques à aller à la messe

Par Timothée de Rauglaudre le 25/03/2020
cardinal

Figure majeure de l'aile ultraconservatrice du Vatican, connu pour ses déclarations violemment homophobes, le cardinal Raymond Burke a appelé les catholiques à continuer à se rendre à la messe malgré les mesures de confinement.

C'est l'un des ennemis déclarés du pape François. Au point que celui-ci le démette de son poste de préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique en 2014 - il a été réintégré en 2017. Malgré ses sorties provocatrices, notamment sur l'homosexualité, le cardinal américain Raymond Burke reste une des figures les plus influentes de l'aile ultraconservatrice du Vatican. Aussi est-il inquiétant de le voir appeler à bafouer les mesures de confinement prises dans plusieurs pays pour repousser la pandémie mondiale de Covid-19 ou maladie à coronavirus.

À LIRE AUSSI : Pour ces leaders religieux, le coronavirus est une punition divine contre l’homosexualité

Dans une lettre publiée sur son site Internet personnel samedi 21 mars, le prélat, qui réside désormais en Italie où la pandémie a emporté près de 7.000 vies à ce jour, admet certes la gravité de la situation et l'intérêt de respecter les distances de sécurité. Cependant, il appelle les chrétiens à continuer de se rendre dans les lieux de culte pour bénéficier des sacrements : "Nous nous tournons vers Christ pour nous délivrer de la peste et de tout mal, et Il ne manque jamais de répondre avec un amour pur et désintéressé. C'est pourquoi il est essentiel pour nous, en tout temps et surtout en temps de crise, d'avoir accès à nos églises et chapelles, aux sacrements, aux dévotions et prières publiques."

"Théorie du genre"

Le cardinal ajoute que, si les églises et chapelles sont fermées, "nos maisons sont une extension de notre paroisse" et que, par conséquent, les fidèles peuvent accueillir des messes à leur domicile. Cette lettre de Burke intervient alors que les évêques italiens ont annoncé, dès le dimanche 8 mars, l'annulation de toutes les cérémonies religieuses publiques jusqu'au 3 avril au moins, invitant chacun à "prendre sa part pour contribuer à la protection de la santé publique, y compris dans cette situation". Depuis, les prêtres du pays, dont certains ont été emportés par la maladie, font marcher leur imagination pour poursuivre le culte à distance, sur les réseaux sociaux ou dans des vidéos diffusées en direct.

À LIRE AUSSI : L’avantage du coronavirus, c’est qu’il annule des « thérapies de conversion »

Dans sa missive, traduite et relayée en France par le très populaire site catholique d'extrême site Le Salon beige, propriété de l'homme d'affaires et conseiller politique traditionaliste Guillaume de Thieulloy, Raymond Burke ne manque pas de s'en prendre au passage à la "théorie du genre" et à son "effet dévastateur sur les individus et les familles", ainsi qu'à une "attaque contre l'intégrité de la sexualité humaine".

"Peste de l'agenda homosexuel"

Rien d'étonnant de trouver de telles allusions dans un texte portant sur un sujet complètement différent, à savoir le Covid-19. Car celui que le journaliste et écrivain Frédéric Martel décrivait dans son best-seller Sodoma : enquête au coeur du Vatican (Robert Laffont, 2019), avec un brin de provocation, comme une "drag queen" enroulée dans son extravagante "cappa magna", a fait de la lutte contre l'homosexualité son cheval de bataille.

À LIRE AUSSI : Pour le Vatican, « les théories du genre » sont un « éloignement de la nature »

Encore récemment en février 2019, il dénonçait dans une lettre ouverte cosignée avec le cardinal allemand Walter Brandmüller la "peste de l'agenda homosexuel" qui serait "diffusé dans l'Église" et serait responsable de la crise des abus sexuels qui frappe depuis quelques années le monde catholique. "L'abus sexuel est imputé au cléricalisme, poursuivaient-ils. Mais la toute première faute du clergé ne réside pas dans l'abus de pouvoir mais dans le fait de s'être éloignés de la vérité de l'Évangile." À d'autres occurrences, il a qualifié l'homosexualité de tendance "diabolique" qui devrait être "purifiée à la racine".

 

Crédit photo : Abraxham03 / Wikimedia Commons