défenseur des droitsLe Défenseur des droits s'inquiète des violences contre les jeunes LGBT+

Par Timothée de Rauglaudre le 27/04/2020
violences intrafamiliales

Alors que Marlène Schiappa a dévoilé son plan d'urgence, le Défenseur des droits s'inquiète dans une étude de la prévalence des violences intrafamiliales chez les jeunes LGBT+.

La concordance des dates est vraisemblablement une pure coïncidence. Vendredi 24 avril, la secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes et à la Lutte contre les discriminations Marlène Schiappa, interpellée par des associations et des parlementaires, a annoncé un plan d'urgence pour les jeunes LGBT+ en situation de vulnérabilité pendant le confinement. Le même jour, le Défenseur des droits, autorité administrative indépendante tenue par Jacques Toubon, a publié une étude qui conforte la nécessité d'une action gouvernementale.

À LIRE AUSSI : Marlène Schiappa annonce un plan pour les jeunes LGBT+ en situation d’urgence

Cette étude, intitulée "Violences intrafamiliales : les filles et les jeunes LGBT plus touchés", présente des résultats "inédits" issus de l'enquête "Violences et rapports de genre" (VIRAGE) menée par l'Institut national d'études démographiques en 2015. En collaboration avec Christelle Hamel, chercheuse à l'Ined, elle montre que "malgré l’acceptation croissante des minorités sexuelles au fil du temps, au moins la moitié des personnes homosexuelles a été rejetée par ses parents".

Violences physiques et sexuelles

D'après cette étude, pour laquelle 25 000 adultes ont été interrogés sur leur enfance - le Défenseur des droits rappelle qu'en France l'administration de questionnaires aux mineurs sans l'autorisation de leurs parents est interdite -, une part importante de la population générale a été victime de violences intrafamiliales, qui émanent dans 70 % des cas par l'un des parents, le plus souvent le père. Jacques Toubon s'alarme que "le sexisme et les LGBTphobies, encore très présents dans la société, constituent des facteurs majeurs d’émergence des violences au sein de la famille, qui peuvent aller jusqu’à la mise en danger des jeunes personnes lesbiennes et bisexuelles".

À LIRE AUSSI : Sonia Krimi : « Intégrons les jeunes LGBT+ aux dispositifs pour les femmes victimes de violences »

Les résultats nous apprennent que les filles lesbiennes et bisexuelles sont trois fois plus touchées par les violences psychologiques (insultes, humiliations, dénigrements) que les filles hétérosexuelles, et les garçons gays et bisexuels deux fois plus que les garçons hétérosexuels. De même, les filles lesbiennes et bisexuelles (19,4 % et 21,7 %) et les garçons gays et bisexuels (11,9 % et 8,8 %) sont plus souvent victimes de brutalité physique que les hétérosexuels (6 %). Ils subissent plus souvent mises à la porte, séquestrations et tentatives de meurtre. Les violences sexuelles aussi sont beaucoup plus présentes chez les jeunes homosexuels et bisexuels que chez les hétérosexuels.

 

Crédit photo : Needpix