Jim Fouratt, vétéran de Stonewall : « Nous avons un grave problème avec la police »

Présent aux émeutes de Stonewall en 1969 à New York, qui ont marqué le début du mouvement de libération homosexuelle, Jim Fouratt a cofondé le Gay Liberation Front. Pour TÊTU, il est revenu sur sa jeunesse, la "révolte" de Stonewall ou encore le mouvement Black Lives Matter.

TÊTU : Comment était votre vie avant Stonewall, en tant qu'adolescent homosexuel ?

Jim Fouratt : J'ai 78 ans, ce qui veut dire que j'étais lycéen dans les années 1950. J'ai réalisé à l'adolescence que j'étais attiré par les garçons plutôt que par les filles. J'ai grandi dans une famille catholique de la classe ouvrière à Rhode Island. On ne parlait pas d'homosexualité. Je me souviens être allé à la bibliothèque, où je n'avais trouvé que deux livres qui en parlaient, et d'une manière horrible. Je passais beaucoup de temps à l'extérieur, à l'école - mes parents ont travaillé très dur pour m'envoyer dans une très bonne école privée catholique -, avec mes amis, et je ne parlais jamais de mon attirance pour les garçons.

Mon éducation politique a commencé dès les années 1940, avec John McCarthy et sa chasse aux sorcières contre les communistes. On le regardait à la télévision sur notre écran minuscule. Quand j'avais huit ans, une pétition intitulée "Un million d'Américains soutiennent John McCarthy pour se débarrasser des communistes" circulait. J'ai remarqué que personne dans le quartier ne voulait la signer. Quand ma mère l'a découverte, elle était très en colère. Je pense que le reste de ma vie a consisté, en quelque sorte, en une réparation pour cette pétition anticommuniste.

À LIRE AUSSI : Homosexualité, drogues et haine de soi au Vatican : interview de l’auteur de « Sodoma »

Très jeune, j'ai appris à survivre en pensant par moi-même. J'aimais beaucoup cette compassion sociale et politique que j'observais chez les prêtres dans les années 1950. Je pense qu'une grande part de ma sensibilité morale et éthique vient de la meilleure facette de cette tradition. Pour autant, je me considère athée, particulièrement depuis la crise du sida. J'ai appris que la religion était probablement l'institution la plus homophobe qui existe au monde, aujourd'hui et dans l'histoire, et était la cause la plus importante des persécutions contre les homosexuels et les lesbiennes. Je ne suis pas religieux mais je pense que la politique sous son meilleur jour est un voyage spirituel....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail