États-Unis : le parti démocrate dévoile un programme ambitieux sur les sujets LGBT+

Le parti démocrate a annoncé son pré-programme pour les LGBT+ pour la présidentielle américaine. Il est salué comme l'un des plus progressistes jamais élaborés par le parti.

Prendre le contre-pied de Trump. Cela pourrait résumer la stratégie électorale des démocrates pour la présidentielle américaine qui aura lieu en novembre prochain. Le parti démocrate a dévoilé ses premières ambitions concernant les LGBT+ et c'est particulièrement encourageant.

"La plateforme 2020 est la plus inclusive de l'histoire pour la communauté LGBTQ+", indique Meghan Stabler, une militante démocrate et femme trans à The Advocate. "Je suis personnellement fière de faire partie du comité de la rédaction du programme et d'avoir proposé des dizaines d'amendements au nom de la communauté LGBTQ+. Ils ont tous été acceptés", raconte-t-elle.

À LIRE AUSSI : Primaires américaines, si Joe Biden est élu, il prendra Pete Buttigieg dans son administration

Avant d'être officiellement adoptée par le parti, la plateforme doit encore être votée par les délégués démocrates. La convention qui doit l'entériner aura lieu du 17 au 20 juillet, en grande partie virtuellement.

Revenir sur la politique LGBTphobe de Trump

Dans le fond, elle contient des mesures pour protéger la santé des personnes trans. La plateforme propose d'amender le Civil Rights Act (la loi qui a mis fin à la ségrégation en 1964) pour inclure les discriminations fondées sur l'identité de genre ou l'orientation sexuelle. Il s'agit aussi de revenir sur les politiques LGBTphobes de l'administration Trump. Mais aussi une amélioration du système judiciaire pour s'assurer que les personnes transgenres ou non-binaires soient traitées équitablement.

"Nous ne laisserons aucune place à la haine", annonce en préambule la plateforme. "Nous ne participerons ou ne légitimerons jamais le racisme, la misogynie, l'anti-sémitisme, les discours bigots anti-musulmans ou la suprématie blanche". La plateforme applaudit la décision de la Cour suprême qui interdit la discrimination des personnes LGBT+ au travail.

Une Loi Égalité pour mettre fin aux discriminations

"Nous nous battrons pour une Loi Égalité pour enfin, mettre fin aux discriminations que subissent les personnes LGBTQ+ dans leur recherche de logement, dans les lieux publics, dans l'accès à l'emprunt, l'éducation, pour devenir jurés ou dans les politiques fédérales. Nous allons travailler à faire en sorte que les personnes LGBTQ+ ne soient pas discriminés pendant les processus d'adoption, nous protègerons les enfants LGBTQ+ des agressions et du harcèlement et nous garantirons aux étudiants transgenres un accès aux commodités en accord avec leur identité de genre", indique le document.

L'interdiction des "thérapies de conversion"

La plateforme appelle aussi à interdire les "thérapies de conversion" qui promettent de changer d'orientation sexuelle. Le document dénonce les violences contre les personnes trans, en particulier contre les femmes noires. Il propose de revenir sur l'interdiction des personnes trans dans l'armée, portée par Donald Trump.

À LIRE AUSSI : Joe Biden tient un discours résolument pro-LGBT à Davos

Mais aussi des moyens supplémentaires pour combattre le VIH avec notamment un accès pré et post exposition. Les contrats d'assurance santé devront être non-discriminatoires et couvrir la transition de genre. Enfin la plateforme invite à défendre les droits des personnes LGBTQ+ dans le monde. En revanche, et contrairement aux programmes de 2012 et 2016, le projet ne mentionne pas le mariage pour tous à échelle fédérale.

Chez les Républicains, une limitation de droits LGBT+

Les Républicains n'ont pas la même ambition pour améliorer les droits des personnes LGBT+, au contraire. Le parti a ressorti son programme de 2016, qui appelle à un amendement constitutionnel pour interdire le mariage pour tous. Il soutient également les "thérapies de conversion", et veut limiter les droits des personnes transgenres, note le Washington Blade.

 

Crédit photo : Doug Jones for Senate Committee


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail