Cour suprêmeLa Cour suprême américaine interdit la discrimination des personnes LGBT+ au travail

Par tetu le 16/06/2020
Cour Suprême

Ce n'était pas gagné, mais la décision d'un juge conservateur a fait basculer la balance. Il n'est désormais plus possible de virer quelqu'un en raison de son orientation sexuelle ou de genre aux Etats-Unis.

La Cour suprême des Etats-Unis a accordé, lundi une victoire inédite à des salariés LGBT. La Cour s'était saisie il y a environ un an de trois dossiers de licenciements contestés, concernant deux hommes homosexuels et une femme trans’. « Aujourd’hui nous devons décider si un employeur peut licencier quelqu’un juste parce qu’il est homosexuel ou transgenre, la réponse est claire », la loi « l’interdit », a estimé la Cour dans un arrêt pris à une majorité de six juges sur neuf, interdisant de fait tout licenciement en raison de l'orientation sexuelle.

Une loi fédérale de 1964 interdit les discriminations « en raison du sexe » mais certains tribunaux, ainsi que l’administration du président républicain Donald Trump, considéraient qu’elle ne s’appliquait qu’aux différences entre hommes et femmes et non aux minorités sexuelles. Les avocats des personnes concernées et les associations LGBT+ demandaient à la Cour d’inscrire dans le marbre qu’ils étaient protégés par ce dispositif.

Une surprise

Et ce n'était pas gagné. En effet, la nomination de deux juges conservateurs par Donald Trump depuis son élection laissait craindre une autre décision de la part de la plus instance juridique américaine. Mais l'un d'entre eux, Neil Gorusch, a joint sa voix à celle des quatre juges progressistes et au chef de la Cour, John Roberts. Une bonne surprise, qui consolide les droits durement acquis des personnes LGBT+ - droits que l'administration Trump tente régulièrement de remettre en cause.

A LIRE AUSSI : La Cour Suprême va se pencher sur les discriminations LGBT+ au travail et ce n'est pas une bonne nouvelle 

Le jour anniversaire des 4 ans de la tuerie d'Orlando et en plein Mois des Fiertés, cette même administration a en effet pondu une nouvelle règlementation qui souhaite revenir sur les avancées de l'Obamacare, et souhaite notamment abroger les protections contre les discriminations dont sont victimes les personnes trans américaines dans le milieu médical. Espérons que la Cour Suprême se saisira du sujet avec autant de modernité.