Tout ce qu’il faut savoir pour exceller dans l’art d’être passif

On ne naît pas bottom, on le devient.  Nos conseils aux passifs (et aux actifs) pour passer à l'acte, et maximiser leur plaisir.

Être passif, c'est loin d'être inactif. "L'actif a juste à faire marcher ses reins, le passif, c'est toute une logistique, un apprentissage !", s'agace Zack, bottom reconnu sur Instagram qui a lancé son OnlyFans aux débuts de la plateforme. Au téléphone en plein milieu d'un magasin de fringues, il nous donne ses conseils pour ne pas avoir mal, pour être parfaitement propre, et pour prendre un maximum de plaisir. À certains moments, il se met à chuchoter car, dit-il, "il faudrait pas qu'on me vole tous mes secrets". Promis, on ne les répètera pas... Ou presque.

"On passe pas la quatrième d'un coup"

"Les mecs qui ont les couilles en feu, tu peux leur dire qu'on ne passe pas la quatrième d'un coup. Sauf si on est un expert", lâche-t-il. Comprendre, il faut bien prendre son temps. "Pour apprécier le moment, le maître mot, c'est la confiance : confiance en toi et confiance envers ton partenaire", explique-t-il entre deux travées de t-shirt. L'actif doit être particulièrement attentif à celui qui va ouvrir ses chakras. Pour l'aider à se détendre, les préliminaires sont importants : faire monter le désir par des baisers, puis un anulingus est bienvenu avant de mettre un ou deux doigts (mais attention, tout le monde n'aime pas ça)....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail