footballDes supporters du PSG déploient des banderoles sexistes et homophobes avant le match PSG-OM

Par Nicolas Scheffer le 14/09/2020
PSG

Des supporters du PSG ont publié des banderoles sexistes et homophobes avant la rencontre contre l'OM. "PSG-OM : 9 ans de sodomie", scandaient-ils.

Avoir des supporters homophobes ne fait pas de nous de meilleurs joueurs. Ce dimanche 13 septembre, les Marseillais ont battu le PSG 1-0. Quelques heures avant la rencontre importante, des banderoles sexistes et homophobes ont été déployées à Paris. Le Collectif ultras Paris (CUP), le plus gros groupe de fans du PSG, a publié deux photos sur Twitter. Devant le Parc des Princes et sur le pont de Bir-Hakeim, on peut y lire "PSG-OM : 9 ans de sodomie en bande organisée" (le PSG a gagné le Clasico neuf années de suite). Ou encore à l'adresse de Dimitri Payet, "Dimitri, la seule chose que tu as soulevée, c'est Ludivine (sa femme, ndlr)". Devant le Moulin Rouge, les supporter ont déployé une banderole avec écrit "OM : la pute qui suce toute l'Europe et qu'on baise tous les ans".

À LIRE AUSSI : Antoine Griezmann : « L’homophobie dans le football, ça suffit ! »

"L'impunité face à l'homophobie dans le football ne fait que la nourrir. Le 17 mars 2019, il y a eu les injures homophobes lors d'un PSG-OM en présence de la ministre", déplore Julien Pontes, le porte-parole de Rouge Direct, un collectif qui lutte contre l'homophobie dans le sport. Le collectif réfléchit à porter plainte contre ces banderoles. "On est les seuls à le faire. Pourquoi la mairie ne le fait pas ? Le PSG, l'OM, les instances du football devraient réagir !", regrette-t-il.

"Le foot français mérite tellement mieux"

Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) a regretté ces insultes de tribunes. "La Ligue 1 reprend, les messages sexistes et homophobes aussi. Le foot français mérite tellement mieux que des insultes !". L'année dernière, en mars 2019, Roxana Maracineanu avait trouvé certains chants "d'inadmissibles". Certains refrains assimilaient les Marseillais à des "rats", des "pédés" ou des "enculés". Mi-août, c'est le parieur Winamax qui a publié un tweet homophobe. Juste avant la demi-finale de la Ligue des Champions. Dans une référence aux rappeurs PNL, le parieur écrit "on prend l'Europe, on l'encule à deux". "Quand on est suivi par 500.000 personnes, on a une responsabilité", regrettait auprès de TÊTU le président de Panamboyz & girlz united, Bertrand Lambert.

À LIRE AUSSI : La lettre d’un joueur dans le placard dénonce l’homophobie dans le football

 

Crédit photo : Capture d'écran Twitter