homophobieÀ Annecy, un jeune victime d'une violente agression homophobe commise par des adolescents

Par Nicolas Scheffer le 01/10/2020
annecy

Un homme de 24 ans a été victime d'une agression homophobe par plusieurs jeunes individus. Un mineur a été interpellé à Annecy et ses complices sont toujours recherchés.

Un jeune homme de 24 ans a été violemment agressé par trois ou quatre individus, mardi 29 septembre en plein après-midi à Annecy.

Au bord de la rivière du Thiou, il a d'abord été pris à partie par une bande de jeunes qui l'insultaient sur son allure efféminée. Ensuite, il a reçu un tombereau de propos homophobes.

Les provocations ont laissé place à une bagarre où plusieurs coups ont été portés. La victime s'est défendue et a reçue en retour un déchaînement de violences de ses agresseurs, raconte le Dauphiné Libéré dans son édition du jour. L'un de ses agresseurs l'aurait même cogné avec une pierre.

À LIRE AUSSI - À Paris, un jeune danseur violemment agressé lors d’une course en Uber

Le jeune homme a réussi à attraper le téléphone portable de l'un d'entre eux et à le griffer au visage avant de prendre la suite. Une heure après l'agression, les policiers ont interpellé le propriétaire du téléphone.

L'adolescent, âgé de 17 ans a été placé en garde à vue pour violences en réunion mais a nié en bloc avoir donné des coups à la victime qui a déposé plainte. Les forces de l'ordre poursuivent leurs investigations pour trouver les complices de l’agresseur présumé.

Une hausse "alarmante" des LGBTphobies

L'association SOS Homophobie a fait état d'une hausse "alarmante" des témoignages qui lui reviennent. En 2019, ils sont en augmentation de 26% par rapport à l'année précédente. "Cela fait quatre ans qu'il y a une hausse continue", rapportait le coprésident, Jérémy Faledam. Initialement prévu à l'été, un plan contre les LGBTphobie doit être dévoilé en octobre par le ministère de l'Égalité femme-homme.

À LIRE AUSSI - Des insultes homophobes taguées sur le local de l’association LGBT+ de Perpignan

Dans un texte poignant, un couple, victime d'une agression particulièrement violente à Bordeaux, appellent à ne plus laisser passer le mot "pédé". "Nous n'avons pas été victime d'un vol dont le 'bonus' serait l'homophobie. Nous avons été victime d'une agression homophobe dont le bonus était le vol (...) Comme nous nous sommes débarrassés du mot 'nègre', comme nous nous sommes débarrassés du mot 'youpin', nous devons aujourd'hui nous débarrasser du mot 'pédé'. Nous agresseurs, et au-delà d'eux-mêmes, la société toute entière doit comprendre qu'aujourd'hui, ça ne passe plus", écrivent-ils.

 

Crédit photo : Wikimedia Commons / Semnoz