La police exfiltre deux couples qui s’embrassent lors d’un rassemblement de LMPT

MISE À JOUR. Deux couples de même sexe se sont embrassés lors d'un rassemblement de la Manif pour tous ont été exfiltrés par la Police, ce samedi. TÊTU a pu joindre l'un des garçons extraits de la manifestation qui évoque la violence du service d'ordre de la MPT.

S'embrasser dans la rue, est-ce illégal ? L'espace public appartient-il à la Manif pour tous ? Un baiser d'autant plus insupportable que les amoureux sont au milieu d'une manifestation contre les droits des personnes LGBT+ ? La Préfecture de police a alimenté le doute pendant toute cette journée de mardi.

À LIRE AUSSI - À Toulouse, deux femmes s’embrassent devant des militants LMPT et émeuvent la toile

Samedi 10 octobre, la Manif pour tous et Alliance Vita ont rassemblé quelques centaines de personnes devant le ministère de la Justice. Les manifestants réactionnaires voulaient montrer leur désapprobation face à l'ouverture à la PMA pour toutes les femmes dont le texte n'est pas encore voté définitivement. Au milieu, deux couples d'hommes et de femmes qui s'embrassaient ont été sortis de la manifestation par la police.

La foule s'en prenait violemment à deux hommes qui s'embrassaient

"Environ une heure après le début de la manifestation, j'ai pu voir un mouvement de mêlée, la foule s'en prenait violemment à deux hommes qui s'embrassaient", explique à TÊTU Olivier Corsan, photo-journaliste au Parisien présent lors de l'événement. Il dégaine son appareil pour documenter ce moment.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Paris, France, le 10 octobre 2020. Deux jeunes hommes s’embrassent à pleine bouche au milieu de la Manif Pour Tous qui s’est rassemblée Place Vendôme, à Paris, devant le ministère de la justice, pour s’opposer à la GPA et à la PMA cela ne passe pas inaperçu. Le service d’ordre relayé par les forces de l’ordre a eu bien du mal à les séparer. Les embrasseurs ont été exfiltrés. Le rassemblement s’est poursuivi dans le calme. Il y avait des Mariannes, des drapeaux et de gros souliers. . Photo @oliviercorsan pour @leparisien . . #photojournalism . #noiretblanc #blackanwhite #bnw #monochrom #bnw_streetphotography #bnw_addicted #monochrome #bnw_planet . #politique #frenchpolitics #manifpourtous #lgbt #gpa #pma #frenchkisses #paris #placevendome #loibioethique @manifpourtous #paternité @olivier_rousteing @balmain #balmain

Une publication partagée par Olivier Corsan (@oliviercorsan) le

MAJ : Dans un premier temps, le service d'ordre de la Manif pour tous s'en prend au couple d'hommes. Puis, la police prend le relai. Les deux hommes sont alors exfiltrés de la manifestation pour les protéger. Deux femmes qui se sont embrassées ont également été sorties du rassemblement de façon moins violente.

"Ce jour-là, nous avons voulu faire une action pendant la Manif pour tous. On s’est rapprochés du podium. Une troisième personne était là pour filmer l’action", a expliqué Alexandre à Libération qui est également militant d'Extinction Rebellion. "On a à peine eu le temps de commencer à s’embrasser que le service d’ordre nous est tombé dessus. J’ai été mis au sol, la personne qui filmait aussi", poursuit-il.

À LIRE AUSSI - SOS homophobie rapporte une hausse « alarmante » des LGBTphobies en 2019

Un "trouble à l'ordre public" pour la préfecture

Lundi, TÊTU a demandé par mail à la préfecture de police de Paris si ce baiser avait été considéré par les forces de l'ordre comme une provocation. Ce à quoi la préfecture a répondu lapidairement : "L'intervention des forces de l'ordre a eu lieu quand des troubles à l'ordre public ont été constatés du fait de la présence de contre-manifestants n'ayant pas déclaré leur manifestation". Elle souligne que les deux couples ont rapidement été relâchés et n'ont pas été emmenés au commissariat.

Ce mardi après-midi, la préfecture a accusé TÊTU d'une "interprétation fallacieuse". Joint par TÊTU, Alexandre récuse d'avoir fait partie d'une contre-manifestation. "Ce que dit la préfecture est faux. Deux hommes qui s'embrassent sur l'espace public n'est pas une contre manifestation, on ne va pas demander à la préfecture une autorisation pour s'embrasser !".

À LIRE AUSSI - La PMA pour toutes votée en seconde lecture à l’Assemblée sans euphorie

Le trouble à l'ordre public venait des militants anti-PMA ?

Il apporte ensuite des éléments de contexte. "Le service d'ordre de la Manif pour tous a essayé de m'étrangler. Je l'ai frappé et la police et venue pour séparer du service d'ordre. Au fond, ils nous ont protégé et surement sauvé la vie", soupire Alexandre qui entend déposer plainte contre le service d'ordre de la manifestation. Contactée dans la soirée, la préfecture n'a pour l'heure pas apporté de précisions supplémentaires sur ce point.

L'Assemblée nationale a voté en seconde lecture le projet de loi bioéthique le 1er août. Le texte, qui contient l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, doit encore être examiné au Sénat, mais aucune date n'a été fixée pour le moment. Il est vraisemblable que le texte sera examiné fin 2020 ou début 2021. Une commission mixte-paritaire sera ensuite réunie avant une troisième lecture à l'Assemblée.

Crédit photo : Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail