facebook

Vie et mort de Mishima, auteur esthète… et radical

Les éditions Gallimard publient une nouvelle version de la biographie de Yukio Mishima. L’écrivain japonais le plus brillant du XXe siècle s’est suicidé par seppuku, il y a tout juste cinquante ans… Un auteur immortel, aussi gay que tragique.

25 novembre 1970. Il est environ 11 heures du matin à Tokyo. Yukio Mishima prend la parole sur le balcon du ministère des Armées japonais devant une assemblée de 800 militaires, après avoir ligoté leur commandant en chef. L’écrivain plaide pour un renforcement des pouvoirs de l’empereur, à ses yeux trop faibles dans la démocratie d’après-guerre. Mais l’écrivain est moqué, hué, ne reçoit pas le soutien qu’il escomptait. Il se suicide quelques minutes plus tard par seppuku, autrement dit hara-kiri. Comme le veut la tradition, Mishima s’ouvre le ventre avec un sabre, avant de se faire trancher la tête. Par cet acte, il créé sa légende : celle d’un auteur brillant mort d’un coup d’éclat surgi du passé des samouraïs. Une radicalité extrême, point final spectaculaire d’une vie mue par l’absolu....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail