« Le Monde » présente des excuses après un dessin transphobe et insultant de Xavier Gorce

Le Monde a publié dans une newsletter un dessin moquant les victimes d'inceste et les personnes transgenres. Si le caricaturiste persiste, le journal a présenté des excuses.

"Un dessin signé Xavier Gorce qui n’aurait pas dû être publié", regrette la toute nouvelle directrice de la rédaction du Monde, Caroline Monnot. Ce mardi 19 janvier, dans une newsletter, le dessinateur Xavier Gorce, connu pour son ton polémique, a fait de la dérision sur l'inceste. Les termes étaient "déplacés vis-à-vis des victimes et des personnes transgenres", a reconnu le journal.

Fidèle à sa patte, le dessin montre deux pingouins. L'un demande à l'autre : "si j'ai été abusé par le demi-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère, est-ce un inceste ?". Rapidement, le dessin a fait un tollé.

"Une insulte à toutes les victimes"

"Ce dessin est une insulte à toutes les victimes d'inceste. Ce dessin est transphobe. Ce dessin est à vomir", a réagi le collectif Nous Toutes sur Twitter, repris notamment par SOS homophobie. La militante féministe Rokhaya Diallo a regretté une "immonde blague sur l’inceste et la pedocriminalité qui au passage jette l’opprobre sur les femmes transgenres".

À LIRE AUSSI - Le traitement de TF1 de la transidentité a suscité la colère des internautes et des associations

"Il est étonnant que Le Monde, qui a une sensibilité sur les sujets liés à ces thématiques puisse laisser passer un dessin aussi déplacé. Cette caricature est blessante et n'apporte rien au débat. Ce n'est pas au niveau d'un journal de référence qui nous a habitué à un regard plus nuancé sur ces problématiques", réagit auprès de TÊTU Matthieu Gatipon, porte-parole de l'Inter-LGBT.

"Continuez à vous défouler"

Au lieu de s'interroger sur la porté de son dessin, le caricaturiste persiste et signe. "J’attends que ça se calme dans la classe et je donnerai quelques clés aux cancres pour comprendre le sens du dessin. S’ils peuvent comprendre quelque chose. Et si j’en ai l’énergie. En attendant, continuez à vous défouler, ça soulage", a-t-il écrit sur Twitter. Plus tôt, il écrivait se "régaler" des réactions indignées.

Une "erreur"

Le quotidien a considéré que sa publication était une "erreur". "Ce dessin peut en effet être lu comme une relativisation de la gravité des faits d’inceste, en des termes déplacés vis-à-vis des victimes et des personnes transgenres. Le Monde tient à s’excuser de cette erreur auprès des lectrices et lecteurs qui ont pu en être choqués". Le journal rappelle également son engagement auprès des victimes d'incestes et "d’une stricte égalité du traitement entre toutes les personnes". À noter, le quotidien a empêché les commentaires sous le communiqué d'excuses.

À LIRE AUSSI - La journaliste Audrey Crespo-Mara persiste avec son traitement problématique de la transidentité

Avec l'Obs, ce journal a révélé les accusations de Camille Kouchner, témoignant des attouchements de son beau-père, Olivier Duhamel, sur son frère jumeau. Le Monde est par ailleurs signataire de la charte de l'Association des journalistes LGBT+.

 

Crédit photo : Shutterstock


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail