facebook

Fabien Azoulay vit l’enfer dans une prison turque pour du GBL

Fabien Azoulay, un Français homosexuel, est détenu en Turquie depuis 2017 pour avoir acheté du GBL sur Internet. Ses proches affirment qu'il est victime de "torture" parce qu'il est gay et juif. Ils demandent son retour en France, et en appellent à Emmanuel Macron.

Il est détenu en Turquie depuis quatre ans. En 2017, Fabien Azoulay, a été condamné à 16 ans de prison pour avoir commandé du GBL, alors qu'il était en voyage dans le pays. En détention, "il a été victime de sévices, de torture de harcèlement moral. (...) Il subit des violences parce qu'il est juif, parce qu'il est gay", selon ses proches, interrogés par BFM.

À LIRE AUSSI : En Turquie, des étudiants risquent la prison pour avoir célébré une marche des Fiertés

Ce quarantenaire, parisien résidant à New York a dirigé plusieurs spas de luxe et a acquis la nationalité américaine, selon l'Est républicain. Il y a quatre ans, il s'est rendu à Istanbul pour se faire poser des implants capillaires. Dans sa chambre d'hôtel, il commande du GBL, une drogue de synthèse utilisée lors de séances de chemsex. Ce produit, proche du GHB, est en vente libre dans plusieurs pays mais est devenu interdit en Turquie peu de temps avant le voyage de Fabien Azoulay. Le Français dit qu'il ne savait pas que la vente de ce solvant était illégale dans le pays.

Condamné à 16 ans et huit mois de détention

Il a été condamné en février 2018 à une peine de 20 ans de prison, puis, la condamnation a été réduite à 16 ans et huit mois en appel. En détention, Fabien Azoulay est "victime de nombreux sévices", selon ses avocats . "Il a été violé, battu, brûlé. Il est l’objet de vexations du fait de son orientation sexuelle, notamment de la part de détenus radicalisés. Il subit des scènes de conversion forcée à l’islam car il est de confession juive. Il en a perdu le sommeil", dénonce son avocat, maître François Zimeray, à franceinfo. Une pétition a recueilli près de 6.500 signatures et un comité de soutien a été formé.

À LIRE AUSSSI : Recep Tayyip Erdogan s’en prend à la jeunesse LGBTQI+, 159 étudiants arrêtés

"Ma tête parfois s’éteint complètement face aux horreurs auquel (sic) je fais face quotidiennement. La dernière en date est un type qui s’est fait trancher la gorge par un groupe de 4 Syriens. J'ai appris par la suite que le détenu qui est décédé avait fait des avances à l'un des Syriens et qu’au nom d’Allah il devait payer de sa vie du fait de son homosexualité. Je suis depuis le début de retour dans le placard et personne ne sait que je suis juif", écrit Fabien Azoulay en 2018 à une amie, cité par Marianne.

"Il a pensé au suicide"

"Il est totalement désespéré, il a pensé plusieurs fois à se suicider et que sa vie est tout simplement en danger en prison", assure son conseil sur BFM. Son avocat en appelle directement à Emmanuel Macron, afin qu'il obtienne son transfèrement en France. Interrogé par Marianne, le Quai d'Orsay dit être "pleinement mobilisé sur la situation de Fabien Azoulay", et suivre "l'évolution de sa demande de transfèrement en France".

À LIRE AUSSI : "Les policiers m'ont délibérément frappé" : un avocat turc raconte la Pride d'Istanbul

"Le Quai d'Orsay n'avance pas sur le dossier, depuis plusieurs semaines", regrette auprès de TÊTU Me Caroline-Olivia Montenot qui défend Fabien Azoulay. Elle espère que l'arrivée d'un nouvel ambassadeur turc en France fera bouger les lignes. Elle explique que ces transfèrements sont courants. Ils doivent être négociés entre les ministères des affaires étrangères respectifs.

 

Mise à jour le 12 avril à 16h30 : Réaction de Me Montenot

 

Crédit photo : Capture d'écran Facebook


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail