Nouveau Têtu ! Disponible chez votre marchand de journaux.
Magazine TÊTU numéro 228, septembre 2021

Nouveau Têtu ! Disponible chez votre marchand de journaux.

Contribue avec le montant mensuel de ton choix et reçois :

  • Le TÊTU d’automne livré chez toi gratuitement. Avec dedans : des séries qui changent le monde, des reportages dans l’Europe homophobe, et une plongée dans le quotidien des proches de chemsexeurs.
  • Un accès à l’intégralité du contenu du site TETU.COM
  • Des tarifs préférentiels aux événements TÊTU, conférences, à des concerts, et avant-premières de cinéma à ne pas manquer

homophobieChanter "Jésus est pédé" pour "lutter contre l'homophobie": le Conseil d'Etat excuse France Inter

Par tetu le 12/05/2021
france inter par jupiter

Saisi d'une chronique humoristique diffusée en janvier 2020 dans l'émission Par Jupiter! sur France Inter, le Conseil d'Etat estime que la chanson parodique "Jésus est pédé" ne contrevient pas aux limites de la liberté d'expression, d'autant que l'intention de l'auteur de cette parodie maladroite était de dénoncer l'homophobie.

Dire que "Jésus est pédé" pour faire rire à la radio publique, c'est ok – si c'est bien intentionné. Saisi d'une chronique humoristique diffusée le 10 janvier 2020 dans l'émission Par Jupiter! de France Inter,  le Conseil d'Etat estime que le propos n'excède pas les limites de la liberté d'expression fixées par la loi française. La phrase avait été prononcée par l'artiste Frédéric Fromet qui présente, le vendredi dans l'émission de Charline Vanhoenacker, une chanson parodique, ici un pastiche de Jésus revient, fameuse chanson du film La Vie est un Long fleuve tranquille et ce, "au nom de la lutte contre l'homophobie".

"Jesus, Jésus, Jésus est pédé"

Dans sa décision datée du 6 mai, le policé Conseil ne reprend évidemment pas les termes incriminés, évoquant "une séquence à vocation satirique intitulée 'La chanson de Frédéric A', au cours de laquelle M. A, en réaction à la décision d’une autorité judiciaire brésilienne qui avait interdit un film présentant Jésus Christ comme une personne homosexuelle, a chanté une chanson dont le texte affirmait, en des termes souvent obscènes et grossiers, l’homosexualité de ce dernier".

A l'époque, la chanson de Frédéric Fromet avait fait tiquer la droite catholique, sans surprise, mais aussi au sein d'associations LGBTQ+ dont le comité Idaho France, qui expliquait alors au Parisien : "Que Jésus, Mahomet ou Bouddha soient homosexuels, trans, bisexuels ou queer ne nous dérange pas, que les jurons homophobes soient utilisés pour parler de leurs orientations sexuelles nous dérange et nous choque".

La chanson ne se contentait pas en effet de qualifier Jésus de "pédé" mais développait en ces termes : "Jesus, Jésus, Jésus est pédé, membre de la LGBT du haut de La Croix, pourquoi l'avoir cloué, pourquoi ne pas l'avoir enculé (…) Jésus, Jésus, Jésus est pédé, y a pas que l'hostie qu'il faut sucer. Du haut de la croix, Jésus aime son prochain, surtout s'il est masculin".

A LIRE AUSSI : « Jésus est pédé » : la parodie de ce chansonnier de France Inter ne passe pas

Excuses de France Inter

Au terme de ses délibérations, le Conseil d'État convient de l'emploi de termes "souvent obscènes et grossiers" mais reconnaît l'intention, c'est-à-dire "que la diffusion de cette chanson, qui visait à critiquer les attitudes de discrimination à l'égard des personnes homosexuelles et dont les termes ne comportaient aucun encouragement à la discrimination envers un groupe de personnes déterminé à raison de leur religion, s'inscrivait dans le cadre d'une séquence à vocation explicitement satirique".

En conclusion, le juge administratif suprême estime que "malgré leur caractère outrancier, ces propos, qui sont restés isolés et ont au demeurant fait l'objet d'excuses ultérieures […], ne peuvent dès lors être regardés ni comme excédant les limites de la liberté d'expression ni, s'agissant de la société nationale de programme qu'est la société Radio France, comme caractérisant une méconnaissance par cette société de son obligation légale de concourir à la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations." Et de rejeter le recours qui avait été déposé par l’association chrétienne Fondation service politique.