facebook

Selon l’OMS, le VIH augmente le risque de développer une forme grave de Covid-19

Une étude menée par l'organisation sanitaire et rendue publique ce jeudi 15 juillet affirme qu'être atteint du VIH augmente le risque de développer une forme grave ou critique de Covid-19.

Un rapport qui vient démentir les précédents, en révélant l'urgence de la vaccination pour les personnes porteuses du VIH (PPVIH). Alors que "l'impact de l'infection au VIH sur la sévérité et la mortalité du Covid était assez peu connu" jusque-là, il a été reconnu dans le communiqué de la conférence scientifique de l'IAS (Société internationale sur le sida) que "les conclusions des précédentes études avaient parfois été contradictoires" - certaines précisant que les personnes atteintes du virus n'étaient pas plus fragiles que les autres face au coronavirus et qu'il n'y avait pas motif à s'inquiéter.

Un rétropédalage, donc, dans la façon d'aborder la corrélation VIH-coronavirus. Portant sur un échantillon de 15.500 personnes vivant avec le virus et hospitalisées pour la Covid-19 dans 24 pays différents, l'étude permet de mettre en évidence l'impact des deux virus sur les individus touchés. Parmi les cas étudiés, l'âge moyen était d'environ 45 ans et demi et la quasi-totalité (92%) bénéficiaient de traitements antirétroviraux contre le VIH avant leur infection à la Covid-19 et leur hospitalisation.

Plus d'un tiers des patients étudiés ont ainsi contracté une forme grave ou critique du coronavirus, et près du quart (23%) de la totalité des cas ont fini par succomber au virus à l'hôpital. Des données qui caractérisent un lien de causalité indéniable entre les deux virus, pour l'organisation sanitaire. "L'infection au VIH est un facteur de risque significatif à la fois pour des formes sévères et critiques de la Covid-19 au moment de l'hospitalisation, et pour la mortalité à l'hôpital", a rapporté l'OMS dans son communiqué.

A LIRE AUSSI >> Les personnes porteuses du VIH peuvent-elles se faire vacciner du Covid sereinement ?

Des inégalités d'accès au vaccin contre la Covid-19

Le rapport souligne ainsi "l'importance d'inclure les gens qui vivent avec le VIH dans les populations prioritaires pour la vaccination contre la Covid", selon Adeeba Kamarulzaman, présidente de l'IAS. La titulaire d'un doctorat en médecine pointe également du doigt la communauté internationale, qui "doit en faire davantage pour assurer aux pays fortement touchés par le VIH un accès immédiat aux vaccins contre la Covid. Il est inacceptable que moins de 3% [de la population] du continent africain ait reçu une dose de vaccin et moins de 1,5% en ait eu deux".

Un avis partagé par Winnie Byanyima, directrice exécutive de l'Onusida (agence des Nations unies destinée à superviser la lutte contre la pandémie de VIH), qui déplore les inégalités entre populations : "les pays riches d'Europe, dont les populations ont facilement accès aux vaccins contre la Covid, se préparent à profiter de l'été alors que les pays du sud sont en crise".

En 2020, l'Onusida recensait encore 37,6 millions de personnes porteuses du VIH dans le monde.

A LIRE AUSSI >> Pour Françoise Barré-Sinoussi, le Covid-19 montre que nous n'avons rien appris de la crise du VIH-sida

 

Crédit photo : Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail