dansePourquoi "Danse avec les Stars" s'annonce plus gay et sexy que jamais

Par tetu le 01/09/2021
"Danse avec les stars" revient en cette rentrée 2021 sur TF1

En ce mois de septembre, l'émission "Danse avec les Stars" fait sa rentrée sur TF1. Et on a trois bonnes raisons de regarder encore plus passionnément #DALS cette année.

On n'aurait jamais partagé la bande annonce de rentrée de Danse avec les Stars en temps normal. Même si voir des hétéros qui dansent le fox trot nous divertit, la version française de la compétition de danse n'a jamais fait preuve de beaucoup d'enthousiasme à l'idée de secouer un peu les conventions de genre. Mais cette année, il y a plusieurs bonnes raisons pour ne pas rater le programme phare de TF1, qui redémarre le vendredi 17 septembre après deux ans d'absence.

  • La révolution Bilal Hassani

Une des raisons pour laquelle "Danse avec les Stars", édition 2021, mérite toute notre attention, c'est la présence de Bilal Hassani parmi les participants. L'ex-candidat de la France à l'Eurovision et interprète de "Roi" a en effet accepté l'invitation de la production, à une condition : danser avec un homme (Jordan Mouillerac).

Une première pour l'émission de TF1, qui n'a jamais fait danser ensemble deux individus de genre masculin. Tournoiement de wigs et looks fabuleux à prévoir, évidemment avec Bilal Hassani. Et peut-être même une victoire car le jeune artiste n'est pas du genre à faire les choses à moitié. Mais la compétition peut être rude ! Face à lui, il trouvera notamment Dita Von Teese, Jean-Baptiste Maunier, Lâam, Wejdene, ou encore l'humoriste Gérémy Crédeville.

LIRE AUSSI >> Il n’y a pas de « mauvais gay » : ni Bilal Hassani, ni Matthieu Delormeau

  • La flamboyance Jean-Paul Gaultier

Une autre raison pour laquelle cette édition s'annonce plus gaie que jamais, c'est la présence de Jean-Paul Gaultier dans le jury. Le créateur de mode ouvertement gay, très engagé dans la lutte contre le sida, a pourtant failli refuser l'invitation. "Quand j'ai accepté, j'ai tenu à dire que je ne savais pas si j'étais totalement légitime. Mais, à bien y réfléchir, j'ai toujours fait très attention à la gestuelle dans mon travail. Je choisissais des mannequins qui ne 'savaient pas marcher' pour éviter les clichés et montrer des femmes plus proches de la vie. Et puis, l'allure d'un défilé, c'est une chorégraphie", a-t-il expliqué à Télé 7 Jours.  Il rejoint les membres historiques du jury Denitsa Ikonomova et Chris Marques.

  • Le sex-appeal de François Alu

C'est l'autre surprise de cette édition : la superstar de l'Opéra de Paris, François Alu, que TÊTU avait élu "homme le plus sexy de l'année en 2014", rejoint également le jury. Si évidemment, son expertise de la danse classique n'est pas à prouver, son crâne rasé et son sourire craquant seront une cerise sur le gâteau qui risque bien de nous rendre accro à DALS.

LIRE AUSSI >> Clémence, du Koh-Lanta « All Stars » : « Depuis mon coming out, je me sens davantage moi-même »

Crédit photo : Capture d'écran Twitter/@TF1