fait diversViolences homophobes : un guet-apens à Toulouse, deux condamnés à Ajaccio

Par Nicolas Scheffer le 17/06/2022
homophobie,violences homophobes,fait divers,guet-apens,coc.fr,site coco,ajaccio,toulouse

Les suspects interpellés après l'agression d'un homme piégé sur Internet à Toulouse nient l'homophobie de ce ciblage. La justice corse, elle, a retenu la circonstance aggravante d'homophobie contre deux condamnés.

Presque plus aucune semaine ne passe en France sans qu'y soit rapporté un nouveau cas d'un homme piégé sur un site de rencontre. Cette semaine à proximité de Toulouse, c'est entre minuit et trois heures du matin qu'un homme de quarante ans a été violemment agressé par deux jeunes hommes, a priori tout juste majeurs, dimanche 12 juin. Ils avaient tendu à leur victime un guet-apens sur le site coco.fr.

À lire aussi : Coco.fr : enquête sur un tchat sauvage, habitué de la rubrique faits divers

Après avoir été passée à tabac, la victime a été dépouillée. Le quadragénaire a réussi à trouver de l'aide pour être emmené aux urgences. Les forces de l'ordre ont mis la main sur des suspects qui auraient déclaré en garde à vue, rapporte actu.fr, que "cette agression n’a rien à voir avec de l’homophobie". Ils seront prochainement auditionnés au tribunal en comparution immédiate.

Une agression homophobe jugée à Ajaccio

En Corse, deux agresseurs d'un couple homosexuel à Ajaccio ont été condamnés à 10 mois de prison, dont 6 avec sursis et quatre assignés à résidence sous bracelet électronique. Éric et Nicolas (prénoms modifiés) avaient été roués de coups en juin 2020 après s'être simplement embrassés dans un bar. Pris à partie, ils ont été tabassé à la sortie du bar, leur occasionnant à chacun cinq jours d'interruption totale de travail (ITT).

À l'audience, les prévenus ont nié le motif homophobe de ces violences, ce qui n'a pas convaincu les juges qui ont retenu la circonstance aggravante de l'homophobie. L'avocate d'une des victimes, réagissant auprès de France 3, a salué une "condamnation assez juste, du moins acceptable".

À lire aussi : Piégés sur un chat gay : le fléau des guet-apens homophobes

Crédit photo : Frédéric Bisson / Flickr