Abo

musiqueZaho de Sagazan : "Je n’ai jamais vécu le fait d’être queer comme un drame"

Par Tessa Lanney le 10/02/2024
Zaho de Sagazan

[Rencontre à retrouver dans le têtu· de l'hiver en kiosques] Elle a été sacrée en 2024 par 4 Victoires de la musique dont celles de l'album et de la chanson originale pour La Symphonie des éclairs. Également révélation scène et révélation féminine de l'année, Zaho de Sagazan aime les chansons d'amour et les grandes déclarations, qu'elle adresse dans ses textes aussi bien aux garçons qu'aux filles.

Avec la chevelure blonde déstructurée qu’elle ébouriffe à la moindre occasion et ses costumes oversized de gangster, Zaho de Sagazan nous renvoie l’androgynie assumée d’une Jeanne Added. En photo ou dans ses clips, elle vous surplombe de son regard dur. Le succès de son premier album, La Symphonie des éclairs, est immédiat dès sa sortie, en mars. La chanteuse française à la voix puissante et aux accents mélancoliques casse les codes du genre, prône la différence, parle à la marge, mêle force et sensibilité… Forcément, très vite, mon gaydar s’est demandé s’il n’y avait pas anguille sous roche. “J’adore les filles, mais j’aime aussi beaucoup les garçons. Moi, j’aime tout le monde”, lâche-t-elle. Lors de la promo de son album, dans les médias, personne ne lui a jamais posé la question. Pourtant, s’étonne-t-elle, “ce n’est même pas un sujet sensible. C’est tellement naturel chez moi.”

À lire aussi : Vincent Lacoste, GPA, Annie Ernaux, Kylie Minogue… au sommaire du têtu· de l'hiver

L’artiste de 23 ans n’a jamais eu de difficultés à vivre ses amourettes, avec les garçons, avec les filles, peu importe. “Je suis entourée d’amis aussi bien queers qu’hétéros qui remettent en question les normes et font preuve d’une très grande tolérance. Je suis très chanceuse”, note la native de Saint-Nazaire. Des amis déconstruits, des parents très ouverts, un environnement au top : “Quand j’ai annoncé que j’avais une meuf, tout le monde s’en foutait. Je n’ai jamais vécu le fait d’être queer comme un drame.” Pour sa génération, le coming out devient moins essentiel, et la normalité du vécu est soutenue par l’entourage. Si bien que la chanteuse ne s’est pas étendue sur le sujet dans ses textes. “Certains artistes ressentent le besoin d’en parler et c’est super. Moi, je veux juste parler de ma sensibilité, de tolérance, de liberté, de lâcher-prise. Ça me suffit, déclare-t-elle avec la simplicité de cette jeunesse sans étiquettes. Les gens en ont ras le cul qu’on regarde qui ils sont au lieu de s’intéresser à leur musique. On aura vraiment avancé le jour où l’on ne se posera plus la question de qui est devant nous, quel est son genre et quelle est son orientation.”

"Je ne corresponds pas à l’idée qu’on se fait d’une femme."

En face de moi, une meuf à l’aise, calée dans son dossier, jambes écartées et mains jointes sur la table. “Je ne corresponds pas à l’idée qu’on se fait d’une femme. J’ai une voix grave, les yeux qui tombent, une morphologie en H, je n’ai aucune forme”, énumère Zaho d’un ton neutre et décomplexé. Elle joue à fond le jeu de la fluidité, s’autorise des digressions en dehors du vestiaire féminin. “Quand j’ai découvert les costards, c’était fantastique, se souvient-elle. Je n’osais même plus porter de robes, j’avais l’impression de me travestir. Je crois qu’on cherche naturellement une case dans laquelle entrer. L’idéal, ce serait de ne pas se mettre de barrières.”

Zaho,Sagazan,chanteuse,queer,symphonie,zaho de sagazan

Plus jeune, elle plaît surtout à la gent féminine. “Pendant très longtemps, je me suis dit que je ne plairais qu’aux filles, parce qu’ado je leur plaisais beaucoup et pas du tout aux garçons. En tout cas, ils ne me le montraient pas”, plaisante Zaho de Sagazan. Dans “Les Garçons”, qui s’adresse également aux filles, elle clame : “Je suis amoureuse de tous les garçons, et moi je les trouve tous bien à leur façon.” Et d’en tirer cette conclusion : “Si moi je peux aimer tout le monde, alors l’inverse est sûrement vrai.” ...