Aurora, la jeune prodige norvégienne part à la conquête du monde
Culture

Aurora, la jeune prodige norvégienne part à la conquête du monde


TÊTU a rencontré Aurora, la jeune prodige norvégienne, juste avant son concert parisien. Un moment magique et hors du temps…

Aurora est une chanteuse norvégienne que d’aucuns qualifieraient de petit prodige. En effet, à seulement 20 ans et alors que son premier album « All My Demons Greeting Me as a Friend » (Decca Records) est sorti en mars, la jeune norvégienne a percé les ondes à une vitesse fulgurante. Il faut dire qu’Aurora est surprenante de talent et de maturité. Sa voix est puissante et enivrante. Celle qui dit avoir été inspirée très tôt par Bob Dylan et Leonard Cohen pourrait faire penser à Kate Nash, Björk ou Dolores O’Riordan (la chanteuse des Cranberries) le tout enrobé dans un univers étrange et inquiétant à la Woodkid. Les critiques ne s’y sont pas trompées. Encensée par la presse (The Guardian, Les Inrocks…), elle s’est même produite au Tonight Show de Jimmy Fallon, l’antichambre du succès de l’autre côté de l’Atlantique. 

Il y a donc des artistes que l’on espère interviewer. Aurora en fait indéniablement partie. D’abord parce que lorsqu’on l’entend pour la première fois, on ne peut se défaire de sa musique et de son univers si singulier. Ensuite, parce qu’elle dégage une telle énergie qu’on se dit qu’être à ses côtés doit quasiment relever du mystique. Verdict une fois à son contact ? On est littéralement aspiré par son charisme, son sourire et ses yeux pétillants de bonté. Aurora est sûre d’elle, a une imagination débordante et une sensibilité jubilatoire. Des interviews comme celle-ci, on aimerait en faire tous les jours.

tetu-itv-aurora-6

Bonjour Aurora. Peux-tu s’il te plaît te présenter à nos lecteurs français ?

Bonjour lecteurs français. Je m’appelle Aurora. Je viens d’un village près de Bergen en Norvège. Je vis le long d’un fjord, au bord de l’eau et c’est très agréable.

Où trouves-tu toute cette inspiration ?

Mon piano est par delà ma fenêtre. A l’extérieur, il y a l’océan, pleins d’arbres, une immense île. C’est très beau. Ça ressemble au Monde de Narnia, je ne sais pas si tu l’as vu (rires).

Si, bien sûr ! Avec Tilda Swinton, j’adore !

Je pense que ces paysages m’inspirent. J’écris beaucoup sur l’océan et la nature. Encore une fois, mon piano est par delà ma fenêtre. J’y puise mon inspiration. Mais tout est inspirant : les gens, les mains, les arbres, les animaux, les odeurs…

C’est vrai que la mémoire olfactive est particulièrement puissante.

Oui ! C’est assez inexplicable. Mais au-delà des odeurs, je pense que tout peut être inspirant à partir du moment où c’est intéressant.

Écris-tu tes chansons toi-même ou te fais tu aider par d’autres personnes ?

Je préfère écrire seule bien que je pense que, parfois, j’ai aussi besoin d’écrire avec les autres. Car j’ai tendance à écrire des chansons très tristes, sombres et assez lentes. Je pense que c’est important d’avoir un peu de variation pour que les gens ne finissent pas dépressifs (rires). « Conqueror », par exemple, j’ai écrit les couplets moi-même puis le refrain avec les membres du groupe.

Mon manager était dans la pièce mais je ne sais pas s’il a vraiment participé. Mais il serait content qu’on dise qu’il l’a fait (rires).

Parfois j’écris avec des gens mais je le fais principalement seule. C’est bien de faire un peu des deux tant que j’y participe car je dois comprendre ce que je chante, comme ça je le ressens. C’est important pour moi que les mots viennent de mon cœur.

tetu-itv-aurora-2

Il y a de nombreux monstres et créatures qui peuplent ta musique. D’où viennent-ils ?

Je ne sais pas trop en fait. Il n’en faut pas beaucoup pour me rendre heureuse mais il n’en faut pas beaucoup pour me rendre triste non plus. La tristesse imprègne mon corps pendant plus longtemps que la joie. Si quelque chose de triste se produit, je vais rester triste pendant un très long moment même si c’est quelque chose d’insignifiant. Comme faire tomber sa glace par terre alors qu’on vient de l’acheter (rires).

Pour répondre plus précisément à ta question, je pense que je suis un peu attirée par les choses morbides, effrayantes et répugnantes. Je suis fascinée par le fait que les humains puissent être si beaux et à la fois si horribles. C’est si étrange de se dire que, parfois, être humain c’est être plus sauvage qu’un animal. Cette capacité à aimer et à détester. J’ai une chanson qui s’appelle « Murder Song » et ce n’est pas compliqué de se rendre compte qu’elle n’est pas vraiment joyeuse. Donc, je pense que ces monstres viennent de nous-mêmes, on les retrouve à l’intérieur de nous.

Viennent-ils de tes propres cauchemars ?

Oui, parfois !

Tu rêves beaucoup ?

Oh oui ! Je rêve énormément. C’est très épuisant car quand je me réveille le matin j’ai l’impression de ne pas avoir dormi. Mais je pense que c’est une bonne chose de rêver.

Tu es encore jeune, comment vois-tu l’évolution de ta musique?

J’aimerais tendre vers une parfaite combinaison entre les anges et les monstres. J’adore la jolie musique. Connais-tu Enya ?

Oui, c’est vraiment très beau, aérien…

Tout à fait ! On dirait des anges. C’est très beau. J’adore la musique classique, ça me berce et je m’endors paisiblement. A l’inverse, j’aime également le heavy metal comme les Français de Gojira ou les Américains de Mastodon. Les paroles peuvent être un peu effrayantes aussi parfois. Mais, c’est important pour moi que la musique ne soit pas seulement triste. Il faut qu’elle soit joyeuse et triste à la fois comme ça les gens sont un peu désorientés. C’est plus stimulant car ça te donne envie de réécouter la chanson parce que tu ne comprends pas ce que tu ressens.

Je pense que c’est ce qui fait l’intensité de ta musique, vraiment !

Ooooh merci beaucoup !

tetu-itv-aurora-1

Tu transportes les gens au sens figuré mais également au sens propre : ton concert ne débute que dans deux heures et tu as déjà plein de fans qui font la queue à l’extérieur (rires). Tu les as vu en arrivant ?

Oui, j’en ai rencontré huit car je suis arrivé il y a un petit moment. Un d’entre eux nous a donné des crêpes au Nutella. Je suis devenue amie avec deux de mes fans français. L’une d’entre elles s’appelle Maëva et elle nous donne toujours des crêpes quand elle vient nous voir en concert à Paris (rires).

Que te disent tes fans quand ils te rencontrent ? Qu’elle est le retour qu’il te font sur ta musique, qui est tellement puissante et qui t’habite incroyablement ?

Eh bien je crois que l’effet que produit ma musique sur les autres, notamment pendant mes concerts, c’est un peu la différence qu’il y a entre un bon et un mauvais danseur. Avec un mauvais danseur, il n’y a pas d’émotion, c’est presque épuisant. Alors qu’avec un bon danseur, c’est tellement beau, lorsqu’on ressent les choses conjointement. C’est un peu comme ça que j’imagine le rapport que mon public entretien avec ma musique. C’est en tout cas ce que je veux leur transmettre. Je veux donner tout ce que j’ai à mon auditoire car pour certains c’est la première fois et pour d’autres peut-être la dernière.

tetu-itv-aurora-3

Je travaille pour TÊTU, le premier magazine LGBT français.

Oui, ça veut dire « stubborn » en anglais, n’est ce pas ?

(rires) Tout à fait. J’allais justement te le dire. J’aime expliquer aux artistes étrangers ce que veut dire « TÊTU » car je trouve que c’est un très beau nom pour un magazine LGBT, ça résume bien le sentiment qui peut nous animer dans le combat quotidien pour nos droits.

Oui, je trouve aussi que c’est un joli nom.

C’est l’un des tout premier magazine LGBT en France, tout du moins avec une telle visibilité. TÊTU a combattu en faveur du mariage pour tous et pour plein d’autres choses.

C’est formidable je trouve. Tu vas me faire pleurer, c’est tellement beau ce que tu me dis là (Aurora à les yeux qui se chargent de larmes mais réussit à les contenir).

Abordes-tu les histoires et problématiques LGBT dans ta musique ? En parles-tu dans tes chansons ?

J’ai écrit beaucoup de chansons à ce sujet car pour moi c’est impossible, c’est la chose la plus impossible à comprendre : comment des gens ne peuvent pas trouver que l’amour est beau sous toutes ces formes ? Ça n’a aucun sens. L’amour est quelque chose de tellement pur et beau, c’est ce qui nous rapproche du divin. L’amour est comme une jolie fleur que certains voudraient piétiner. Mais, pour moi, ça reste un thème très inspirant : l’histoire du droit d’aimer qui on veut. C’est l’une des pires choses que les humains ont fait à d’autres humains, leur interdire d’aimer qui ils voulaient. Je suis tellement heureuse de voir qu’aujourd’hui les gens font front commun même s’il y a encore beaucoup de haine.

Les personnes de même sexe peuvent se marier depuis longtemps en Norvège, n’est ce pas ?

Oui, depuis plusieurs années. Depuis peu, certains prêtres acceptent même de célébrer des mariages homosexuels. De toute façon, j’avais dit que je ne me marierais pas à l’Église tant que tout le monde n’était pas autorisé à le faire.

Toi qui travailles dans ce magazine et tous les autres personnes qui se battent au quotidien, je trouve ça formidable.

Merci beaucoup et surtout merci d’avoir accepté de nous recevoir avant ton concert parisien.

J’ai été ravie. Les interviews sont importantes mais des fois c’est un peu fatiguant et répétitif (rires). Mais quand j’ai vu dans mon agenda que j’allais être interviewée par un magazine LGBT j’étais très heureuse. C’est la première fois.

tetu-itv-aurora

Aurora est actuellement en tournée à travers les État-Unis. 

Pour en savoir plus : 





Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

Crédits photo : TÊTU/Mathilde Ka

ads