Actualité

Ruquier, Dechavanne, Cordula : Les Grosses Têtes en roue libre transphobe


Il est malheureusement faux de penser qu’une émission animée par un homosexuel assumé, un combattant méritant de la lutte contre le sida et une icône gay soit le lieu le plus LGBT-friendly du monde. Si les Grosses Têtes sortent régulièrement leurs gros sabots pour faire marrer gras dans les 1,4 millions de chaumières qui l’écoutent, ce nouvel épisode prouve que les blagues transphobes sont toujours les tartes à la crème rances que l’on balance sans scrupules.

Tout commence avec un événement Facebook qui annonce la présence du sosie de Cristina Cordula dans un centre commercial de Vichy. Il y a même des affiches dans la ville. Pour les internautes avertis, il est très facile de reconnaître Ludivine Valandro, une artiste transformiste particulièrement douée dans l’incarnation de personnalités de tous les genres. Troublé de voir ce qu’il pense être sa chroniqueuse faire des animations en Province, Laurent Ruquier tente d’avoir des explications auprès de Cristina Cordula dans son émission radio du 29 mai 2017… Il n’en fallait pas plus pour que la « joyeuse bande » de l’émission phare de RTL – la plus écoutée de France – s’adonne à une séance, non pas de conseils shopping ni de bon goût, mais de démolition de l’artiste, ainsi qu’à des propos clairement transphobes. EXTRAITS CHOISIS :

Ruquier : Qui est ce travelo ?

Ladesou : C’était avant l’opération, non ?

Cordula : Cette tête qu’on dirait un travesti…

Ruquier : Je crois que c’est un homme…

Dechavanne : C’est un travesti, c’est rigolo.

Ruquier : Ça tombe y’en a qui ont passé la nuit avec elle, y’a peut être 15 mecs qui se disent « je me suis tapé Christina Cordula » !

Dechavanne : « Et elle a peut-être une grosse bite ».

 

L’artiste, « catastrophée », a réagi en vidéo :

Nous avons joint Ludivine Valandro, qui nous a confié son émotion :

Je travaille comme transformiste depuis 35 ans, je fais Cristina depuis un an et demi à la demande d’agences de sosies. En 5 minutes, ils ont sali ma carrière, me font passer pour une fille facile qui se tape quinze mecs, m’insulte de travelo…

Je vis ma vie de femme, de nouvelle femme, de femme trans opérée sans me cacher. J’ai un enfant de 20 ans, je suis mariée depuis janvier… Vous imaginez les conséquences dans ma famille, d’entendre ça ? Et dans ma belle famille ? En quelques minutes, on m’a détruite. J’ai essayé de me changer la tête, au sens propre, j’ai fait une nouvelle vidéo en Bette Midler [voir en fin d’article], mais le soir, je suis retombée en pleurs… On me réduit à ce que je suis en tant que personne, au mépris de l’artiste.

Pourtant, on me connait un peu : j’ai travaillé trois semaines pour Arthur sur TF1 dans l’hebdo show, Hanouna a parlé de moi à Cristina Cordula à la radio dans « Les Pieds dans le plat »… Je ne comprends pas cette violence soudaine. Ils voulaient juste se foutre de ma gueule… alors que j’ai toujours essayé de donner une belle image d’elle, d’être dans le respect de l’artiste, et sur les affiches il est très clair que je suis « sosie de », et que je donne des conseils shopping, pas relooking…

J’ai déjà commencé à recevoir des commentaires sur Facebook, on m’appelle par mon prénom d’avant, et comment je vais travailler maintenant, on ne verra plus l’artiste, la femme, on verra « le travelo »…

Même le centre commercial qui m’a employé commence à recevoir des remarques, il devient la cible des homophobes et des transphobes…
Cristina c’est 40% des mes activités, vous imaginez les conséquences ? J’ai le droit de faire sosie, je ne floue personne, il est écrit en gros sur les affiches « SOSIE », on a le droit à l’imitation, même à la caricature…

Mais à condition que cela ne soit pas sur la vie privée, et qu’on ne déclenche ni n’entretienne de vagues de haine…

 

En quoi c’est transphobe ?

Clémence Zamora-Cruz est porte parole de l’inter-LGBT (interassociative des assos LGBT). Selon elle, on ne peut douter du caractère clairement transphobe pour plusieurs raisons :

C’est de la transphobie ordinaire. Déjà il y a l’insulte « travelo » qui est toujours utilisée pour blesser. 40% des témoignages reçus par SOS homophobie en 2016 rapportent des propos insultants. Et c’est répréhensible par la loi car c’est une négation de la personne en raison de son identité de genre. Mais surtout il y a le soupçon, on présuppose qu’elle est « en vérité » un homme. Et c’est ça le plus dangereux, qu’elle soit une personne trans ou non, ça peut avoir des conséquences très dangereuses pour cette personne. L’outing peut être très difficile à vivre personnellement et pousser des gens à la harceler, en ligne ou physiquement, maintenant qu’un grand média en parle. La semaine dernière, en région parisienne, un mari a tué sa femme car il la « soupçonnait » d’être trans.

Enfin, il y a la question de l’opération. Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, on demandait aux personnes trans une opération pour leur reconnaître leur nouvelle identité.  La Cour européenne des droits de l’homme a reconnu que c’est contraire aux droits humains. Et puis on se demande ce qu’elle a entre les jambes, c’est vraiment tous les clichés de la transphobie ordinaire. Qu’elle soit trans ou pas, c’est sa vie privée. Mais ces propos rendent cette artiste sujette à des conséquences directes et indirectes qui peuvent être blessantes, violentes, très dangereux.

 

Une libération de la parole LGBTphobe

Le parallèle avec l’affaire du canular homophobe par Cyril Hanouna est facile à faire. On répète pour la cent-millième fois des clichés éculés : quand l’animateur télé fait des homosexuels des personnes forcément efféminées et obsédées par le sexe (cela n’a rien de condamnable de l’être dans la vraie vie, mais la caricature systématique enferme dans des clichés qui peuvent être préjudiciables à la totalité des homosexuels), la bande à Ruquier fait des trans des personnes forcément menteuses, prostituées, des monstres de foire, nymphomanes, opérées…

Pour Mme Zamora-Cruz :

On est dans un contexte de permissivité, les propos LGBTphobes sont totalement banalisés, sous couvert d’humour. Mais les conséquences ne sont pas drôles pour les personnes concernées, au quotidien.

 

Tout est permis ?

On rajoutera que c’est également un contexte de misogynie global (tellement vieux qu’on ne saurait le dater) : en ce début de semaine, de nombreuses personnes ont cherché à excuser ou minimiser l’agression sexuelle (une « étreinte » forcée et répétée) du joueur de tennis Maxime Hamou sur la journaliste Maly Thomas, en lui donnant l’alcool, la drogue, « l’humour » ou « la jeunesse » comme circonstances atténuantes…

Dans le cas des Grosses têtes, on se dit que ça ne peut pas être une « vraie femme » parce qu’elle a des grandes mains et on sous-entend qu’une femme trans n’est pas une vraie femme. Remettre en cause l’identité des personnes au prisme des ces catégories binaires et biologiques est extrêmement misogyne et transphobe.

Mais si l’on cherche bien, les « nouvelles » Grosses Têtes de Laurent Ruquier, à l’antenne depuis 2015, sont coutumiers de ces méfaits. Sur la chaîne YouTube de l’émission, nous avons répertorié plus de 7 vidéos (playlist ci-dessous) qui caricaturent – parfois avec le concours même de Jean-Fi Jeanssen, homosexuel assumé – les personnes LGBT. On peut les qualifier d’homophobes lorsqu’ils ramènent encore et toujours les homosexuels à leur seule homosexualité, ou les personnes trans à leurs seules transitions ou vies avant leurs transitions.

Certainement soucieux de ne pas trancher démesurément avec un auditoire accroché à la station depuis les « belles heures » de Philippe Bouvard, Laurent Ruquier a choisi de laisse libre-court à un concours de blagues vaseuses qui peut faire autant de tort dans les esprits que les propos souvent aussi caricaturaux des partisans de la Manif Pour Tous, qu’il combat pourtant.

Si les personnes ne sont reconnaissent pas forcément comme LGBTphobes, leurs propos le sont parfois, et participent à ne pas faire avancer les mentalités.

Le plus dur à avaler, est peut-être quand ces propos sont proférés par des personnes qui sont elles même concernées…

 

L’artiste avant tout

Pour finir, il nous semblait important de revenir sur le travail de Ludivine Valandro, car si elle nous bluffe depuis longtemps, c’est l’occasion, plus que jamais, de la mettre en avant et de partager son talent.

 

Retrouvez TÊTU en kiosque :

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214

  • Nathan

    Vous mégenrez une femme trans, dans un article pourtant censé dénoncer la transphobie. Merci de corriger rapidement cette conclusion. Je suis sympa, je l’ai même fait à votre place :

    « Pour finir, il nous semblait important de revenir sur le talent de Ludivine Valandro, car si ELLE* nous bluffe depuis longtemps, c’est l’occasion, plus que jamais, de LA* mettre en avant et de LA* partager. »

  • aelim

    J’ai tiqué aussi sur la dernière phrase avant de me rendre compte que le sujet
    de la phrase était le talent de l’artiste et non Ludivine elle-même…
    Mais effectivement la phrase n’est pas claire et laisse penser le
    contraire!

  • Ji Pé

    En tout cas, la vraie Cristina Cordula serait bien inspirée de prendre modèle sur son sosie : Ludivine Valandro a nettement plus de classe qu’elle….

  • Ji Pé

    En tout cas, la vraie Cristina Cordula serait bien inspirée de prendre modèle sur son sosie : Ludivine Valandro a nettement plus de classe qu’elle….

  • Damien Lungo

    « M’insultent » est la version correcte dans « En 5 minutes, ils ont sali ma carrière, me font passer pour une fille facile qui se tape quinze mecs, m’insulte de travelo… »

  • Gilles Delors

    je suis homosexuel aussi et je ne suis pas d’accord avec l’article l’emission de ruquier idem quand il etait sur europe 1 a toujours ete assez mechante on se moque et on rit de tout a partir du moment ou c’est une emission ou on rit de tout se moque de tout on ne peut pas dire que l’emission est homophobe apres on a le droit de ne pas rire et de ne pas aimer l’emission
    autre remarque on ne peut pas faire de l’homosexualite un tabou sur lequel il serait interdit de rire

    • Nicolas Bernard

      tout à fait d’accord ! on ne peux plus rire de rien sans que ce soit homophobe, raciste… à l’époque de coluche et autre Pierre Desproges c’était bien plus trash sans se prendre autant la tête sur le droit de rire ou non ! Une société qui ne sait plus rire de soit c’est inquiétant.

      • Ji Pé

        C’est vrai que c’est « super drôle » de traiter quelqu’un de « travelot à grosse bite » (waouh, qu’est-ce que c’est drôle!!)… c’est vrai que c’est super drôle de désigner publiquement à une heure de grande écoute une personne qui a choisi de faire une transition, sans même lui demander si elle est d’accord pour en parler (qu’est-ce qu’on se marre!!!)… c’est vrai que c’est également « super drôle » que suite à cette séquence en question, la personne qui n’avait rien demandé, reçoive plein de messages haineux sur son facebook (putain, c’est vraiment à mourir de rire!!!)…. C’est vrai que dans cette séquence, ce n’est « que de l’humour » (il n’y a qu’à entendre les menaces de Cordula de porter plainte…).
        Inutile d’invoquer Coluche ni même Desproges : Dans AUCUN de leurs sketchs vous ne trouverez une séquence où ils choisissent quelqu’un pour déballer publiquement sa vie privée…

        En fait oui, tout cela est peut-être drôle…. mais chez les beaufs!

        • Nicolas Bernard

          Merci pour vos jugements 🙂 oui c’est cela je dois être un crétin ou un beauf 🙂

          • Ji Pé

            Ou les deux (ne soyez pas modeste). Excellente journée.

          • Nicolas Bernard

            oui les deux ne me dérange aucunement

  • David Mamm

    Il a fallu attendre la 8e vidéos et surtout la réaction de la personne choquée pour en parler… En fait ça fait moins le buzz que TPMP, c’est évident que cet article n’aurait jamais existé si Ludivine Valandro n’avait pas réagi.
    Tout comme l’attitude de C Hanouna, cet épisode mérite d’être sanctionné mais au contraire de C Hanouna, L Ruquier n’aura sans doute aucune sanction.

  • valentony

    Franchement j’ai déjà eu mal au bide en écoutant des blagues homophobes dans les grosses têtes à la fin des années 90 ! Avec Laurent Ruquier, l’émission est toute autre et mine de rien il donne la visibilité à des gays comme Steevy Boulay, Christophe Beaugrand et Jeanfi Janssen !

  • Ozelian .

    Ruquier c’est le type qui disait face à Maïté, la cuisinière de France 3, qu’il était opposé au mariage pour tous. Il dépréciait sans cesse Mauresmo sur son physique « masculin ». Il s’en prenait à Céline Dion, qu’il ne supportait pas car elle ne venait pas dans ses émissions… quand Mary Pierce s’est déchiré un tendon sur un match, il a repassé la vidéo en riant. Je le trouve abject.

  • Paul Atréides

    RU..CU..IER N’EST QU’UN FRUSTRÉ QUI AIME QU’ON LE CARESSE DANS LE SENS DU POIL. PRENEZ LE… A REBROUSSE POIL ET VOUS VERREZ SON VERITABLE FISAGE

  • Jack

    Quand je pense que dans les années 70/80 la communauté homo était réputé pour son humour corrosif dont même Aznavour dans sa chanson comme ils disent en faisait écho.
    « Et là, on s’en donne à cœur joie

    Et sans complexe

    On déballe des vérités

    Sur des gens qu’on a dans le nez

    On les lapide

    Mais on le fait avec humour

    Enrobé dans des calembours

    Mouillés d’acide
     »
    La voilà peuplée de vieilles rombières sorties du confessionnal.

  • jimenez

    Je trouve ce Laurent Ruquier et du coup toute sa bande se comportant comme une bande de skins Heads, s’acharnant sur leur victime en faisant un vrai lynchage médiatique, en direct, ils démolissent au travers de leur minables et puantes blagues, des millions de personnes y compris toutes ces femmes que nous sommes nées dans un corps et une anatomie qui ne nous correspond pas, qui avons souvent et de plus en plus de vie comme toutes femmes à part entières, une vie « normale », comme toutes femmes qui se respectent, car rien, si ce n’est la génétique ne nous séparent des femmes dites « génétiques », nous faisons tous pour nous fondre dans la société, devenant des épouses, des mères aussi, respectées et respectables, beaucoup ont choisis de taire leur passé, non pas pour « mentir », car ce mot n’est pas correct, ni logique, car c’est en vivant comme ce que nous sommes, c’est à dire des femmes comme vous toutes, qui l’êtes par la génétique, que nous sommes dans le vrai, dans l’authenticité, enfin d’être nous même, des femmes assumées, avec une identité sexuelle de femme, une identité administrative de femme, sachant qu’il est faux de dire que nous ayons un jour été un « homme », si ce n’est par une déformation de l’apparence et de notre anatomie, que nous corrigeons grâce aux techniques chirurgicales, d’aujourd’hui, qui nous permettent d’être des femmes à part entière, qui n’ont pas besoin de faire de la prostitution, qui ont suivis un protocole sérieux, et rigoureux, pour obtenir réparation de leur « transsexualité », car ce terme, n’est qu’un terme provisoire, il n’est là que pour exprimer l’étape intermédiaire, la passerelle, qui nous permets de nous rapprocher de notre apparence de femme, et enfin notre sexe féminin, donc personnellement, je réfute le terme de « transsexuelle », me concernant, je ne le suis plus, je suis aujourd’hui une femme, hélas, divorcée depuis peu, comme d’autres, mais une femme, avant toute autre chose et le passé est le passé, dépassé depuis longtemps, donc quand j’entends ces primates de bistrots, qui tiennent ce genre de blague que même un ivrogne n’oserait pas exprimé, j’avoue que cet animateur connu pour son intolérance, son fascisme de gauche, ce bobo qui se permets de juger nous toutes, fait ce qu’on aimerait pas qu’on lui fasse! Je déplore ceci dit, qu’il m’est arrivé de croiser, des homos, des gays, carrément très tansphobes, beaucoup plus que les hétéros quelques fois, ils peuvent être souvent dans l’incompréhension de notre parcours, moins que d’autres qui sont hétérosexuels, et plus intelligents pour nous comprendre! Est-ce de la jalousie ou autres, je ne sais pas! Une chose est sûre c’est que cette femme artiste devrait porter plainte contre ces individus nazillons, et y compris les associations qui défendent le droit des trans, et du syndrome de Benjamin, pour éviter de banaliser, et d’insulter une grande partie de la population, qui souffre encore de cette situation, dont j’aurais pensé qu’au moins, un homosexuel, pourrait mieux comprendre que d’autres! Détrompez vous, loin de là!

    Alice

  • Sebastian Valmont

    Ruquier, Cordula, Dechavanne et les autres sont des cons et leurs propos sont inexcusables.
    Maintenant, je suis obligé d’avouer que « sosie de Christine Cordula à Vichy », c’est assez drôle et surréaliste en soi, y’avait déjà matière à rire sans tomber dans l’insulte transphobe.
    Concernant cette artiste, autant certaines transformation sont réussies, autant certaines sont bien laides.

  • Danilsen Dany

    elle se prend pour qui cette Cordula ! la sosie lui ressemble elle est
    comme ça c’est tout ! et inattaquable ,c’est écrit sur l’affiche !
    quelle mauvaise foi ! au moins Ludivine a du talent alors que Cordula
    n’en a aucun !

  • Bruno

    Je ne pense pas que quand Ruquier a utilisé le mot « travelo » il l’avait pour but volontaire de blesser, mais toujours est-il qu’il l’a fait. Donc en effet des excuses publiques serait bienvenue, de plus ils feraient mieux de la rencontrer tous (Cordula, Ruquier et Chantal) et pourquoi au lieu de l’enfoncer lui proposer quelque chose vu qu’à cause d’eux, elle a perdu une bonne partie de son travail !

ads