Découvrez le palmarès complet des Out d'or !
Actualité

Découvrez le palmarès complet des Out d'or !


Hier soir se tenait la première cérémonie des Out d’or, le gala français qui récompense la visibilité des LGBT dans les médias. Retrouvez le palmarès complet !

« Ce soir, nous tenons particulièrement à remercier les militants et les militantes, d’aujourd’hui mais d’il y a bien plus longtemps aussi, qui ont parfois payé de leur vie le fait d’exister publiquement en tant que lesbienne, gay, bi, trans, ou intersexe, et qui ont permis à d’autres d’être out« . Alice Coffin, la co-présidente de l’AJL, l’association des journalistes LGBT organisatrice des Out d’Or, ouvrait la cérémonie avec ces mots, le poing brandi et le t-shirt « OUT » fièrement porté. Il faut dire qu’il y avait de quoi être fier : près de 50 000 personnes ont regardé la cérémonie des Out d’or hier soir, qui était diffusée sur la page Facebook de FranceInfo.

Inspirés de la cérémonie américaine des GLAAD awards, les Out d’or récompensaient la visibilité LGBT dans les médias et l’espace public à travers 9 prix, dont celui de la Personnalité de l’année, obtenu par Adrian de la Vega, le YouTubeur trans qui était notamment en couverture du numéro de TÊTU pour son retour en kiosque.

Des invités de prestige

En plus des maîtresses de cérémonie Marie Labory, journaliste sur ARTE, et Shirley Souagnon, humoriste, de nombreuses célébrités sont venues assister au gala et remettre les Out d’or. Nous avons ainsi pu voir sur scène l’ancien footballeur Lilian Thuram, l’ancienne ministre Roselyne Bachelot, l’artiste de cabaret Bambi, les journalistes Claire Chazal, Christophe Martet et Christophe Beaugrand, mais aussi la militante Rokhayo Diallo et l’animatrice télé Daphné Bürki.

Entre les récompenses et les sketchs de Shirley, un hommage a aussi été rendu à Etienne Cardiles, le compagnon de Xavier Jugelé, le policier tué sur les Champs-Élysées le 20 avril, qui a été longuement applaudi, ainsi qu’à un retour sur l’évolution du traitement de l’homosexualité à la télévision, grâce aux archives de l’INA.

Le palmarès

Le Out d’or du Meilleur documentaire TV ou radio remis à Devenir il ou elle, de Lorène Debaisieux et Lise Barnéoud, sur cinq adolescents transgenres qui racontent la bataille acharnée qu’ils mènent pour se sentir eux-mêmes et être reconnus dans leur identité.

Le Out d’or de l’entreprise, remis à Système U, pour sa campagne publicitaire contre les stéréotypes sexistes des catalogues de jouets pour enfants.

Le Out d’or de la meilleure enquête, remis à La double peine des migrants homosexuels, de Blaise Gaucquelin, qui suit des réfugiés qui ne fuient pas que la guerre, mais tentent aussi d’échapper aux violences ­réservées aux minorités sexuelles.

Le Out d’or de la rédaction engagée, remis au journal L’Union-L’Ardennais, pour avoir publié dans ses pages un « mur de la honte » dénonçant les commentaires homophobes sur un de ses articles parlant d’affiche de prévention contre le sida.

Le Out d’or de la presse étrangère, ou Prix Xhulaz Mannan, remis à Novaya Gazeta, pour son article dévoilant les persécutions des homosexuels en Tchétchénie.

Le Out d’or de la personnalité politique, remis à Chaynesse Khirouni pour son engagement lors des débats pour l’amélioration de la loi consacrée au changement d’état civil des personnes trans.

Le Out d’or du coup de gueule, remis à Leïla Slimani pour sa condamnation des lois marocaines portant sur l’homosexualité sur le plateau de C à vous.

Le Out d’or de la création artistique, remis conjointement à 120 Battements par Minute, le film de Robin Campillo (dont vous pouvez retrouver l’interview dans le numéro été de TÊTU, disponible en kiosque), et à Ouvrir la voix, le film d’Amandine Gay.

 

ads