30 outils pour lutter contre l’homophobie, le sexisme et la transphobie dès le plus jeune âge
Sexo/Psycho

30 outils pour lutter contre l’homophobie, le sexisme et la transphobie dès le plus jeune âge


Quand ils veulent éduquer les enfants à la tolérance (et les amener au bien-être personnel), parents ou professeurs cherchent des outils pratiques. Ils se cachent parfois dans les recoins des bibliothèques, mais heureusement, il y a internet et ses initiatives, des éditeurs et leurs audaces.

Les enfants peuvent-ils lutter contre le sexisme et l’homophobie ? Autant que les adultes, serions-nous tentés de dire. Ne pas intégrer des schémas, ne pas reproduire des comportements discriminants et des jugements de valeurs qui infériorisent et le féminin et l’Autre en général : tout se joue très tôt. À partir de 3 ans selon les chercheur.ses. Avec les jouets genrés, les phrases interdisant aux garçons de pleurer (d’exprimer leurs émotions), intimant aux filles la douceur d’un monde couleur layette. Déjà avant la naissance, on demande aux parents : « c’est un garçon ou c’est une fille ? » pour savoir quoi leur acheter. Bleu roi pour les petits mecs, rose culcul pour les filles. De cette échelle de valeur sexiste découle l’homophobie : haine de la différence, haine du féminin, haine de soi, haine de la transgression (un garçon qui n’aime pas une petite fille est considéré comme une transgression par de nombreuses personnes qui ne trouvent pas ça « normal »), comme la transidentité est considérée comme une transgression au genre assigné à la naissance…

D’une éducation non-sexiste découlera donc une conscience de la liberté d’être et d’aimer, de se construire et de grandir en tant qu’individu, de se choisir. Ce n’est pas de l’autogestion, c’est proposer au/à la futur·e adulte de ne pas se conformer – contre son gré – à une identité qui ne lui conviendrait pas in fine. Il est par exemple connu que les pères sexistes nuisent à la réussite professionnelle de leurs filles en cultivant une image dévalorisante des femmes.

Heureusement, des outils existent pour une éducation anti-sexiste et donc anti-homophobe, trans-friendly, anti-clichés, anti-stéréotypes… À chaque parent/prof de s’en faire des armes.

À LIRE SUR INTERNET, les 10 règles d’une éducation anti-sexiste : http://www.bibamagazine.fr/style-de-vie/societe/tu-joueras-a-la-poupee-mon-fils-!-les-10-regles-dune-education-antisexiste-14033

 

Des dépliants à imprimer

La blogeuse « Maman Rogarde ! » a créé deux dépliants à imprimer et découper soi-même. Sur le mode interrogatif, puissant pour contrer les stéréotypes et démarrer des discussions, elle propose une galerie de photos qui démontent les clichés. « On crée de la discussion, le débat peut commencer, on grandit ensemble », nous a confié sa créatrice.

On travaille autour de la polysémie du mot « pouvoir » : est-ce que je peux ? Dans le sens de la capacité, mais aussi dans celui du droit à le faire en fonction des conventions sociales. À qui profitent ces conventions ? Quand deviennent-elles toxiques ? Les normes bougent et n’ont pas toujours été les mêmes. Il faut aussi pouvoir imposer ses choix individuels.

C’est assez rare que des outils déconstruisent les clichés autour des garçons et leur donne des exemples – que « Maman Rogarde ! » a du mal à trouver – pour ne pas devenir des machos (et/ou être des LGBT bien dans leurs peaux) !

– Pour les garçons : https://mamanrodardeblog.files.wordpress.com/2017/09/decc81pliants-antisexistes-garccca7ons.pdf

– Pour les filles : https://mamanrodardeblog.files.wordpress.com/2017/09/depliants-antisexistes-filles2.pdf

 

En 2013, une « Info de la Une » du journal Le Petit Quotidien était consacrée à l’homosexualité. Si la fiche n’est plus à jour (sur le mariage pour tous par exemple), elle est très ludique si ce genre de question arrivait…

Un homosexuel, c’est quoi ? C’est un homme qui aime un homme. […] Ou c’est une femme qui aime une femme.

Limpide non ? Le quotidien rappelle que dans certains pays, l’homosexualité est encore punie de mort, mais il y est dit :

En France, être homosexuel n’est plus puni depuis 1791.

 

Des livres

Les éditeurs de jeunesse sont de moins en moins frileux face aux démarches d’auteurs et d’autrices qui veulent transmettre leurs visions non-sexistes. Ils proposent par exemple le livre À quoi tu joues ? qui met en scène les clichés autours des activités et jouets genrés, par un jeu astucieux de photographies et de rabats que l’on déplie : des filles qui jouent par exemple à la corde à sauter, à la poupée ou qui dansent, et plus loin des garçons jouant au football, bricolant ou pilotant des avions. Une phrase rappelle que ces activités sont féminines ou masculines. Mais lorsque l’on déplie le rabat c’est la surprise : on découvre des adultes du sexe opposé dans les activités décrites…

Le site Madmoizelle a fait une sélection d’ouvrages antisexiste :

– Pour les garçons : http://www.madmoizelle.com/cinq-livres-jeunesse-sexisme-353385

– Pour les filles : http://www.madmoizelle.com/livres-princesses-antisexistes-494373

 

 

Des cahiers de coloriage et d’exercice

De nombreux « cahiers de coloriage » ou des « cahier d’activités » anti-sexiste permettent aux enfants de déconstruire les clichés liés aux genres de façon très ludique. On citera par exemple :

– Mon super cahier d’activités antisexiste

– Ni poupées, ni super-héros, mon premier manifeste antisexiste

– On n’est pas des poupées, Mon premier manifeste féministe

– Mon premier cahier de coloriage féministe

  • C’est quoi ton genre ? (Cahier de coloriage)

À LIRE AUSSI

Un livre de coloriage rempli d’icônes queers méconnues

 

Des sites internets

– Projet17mai.com : Des dessinateurs.trices contre l’homophobie réunit plusieurs dizaines d’auteur·e·s de BD dessinant contre toutes les LGBTphobies. Une expo itinérante a même été créée par SOS homophobie à partir des dessins, et présentée dans des écoles, des bibliothèques, des mairies… Deux éditions papier regroupant les planches de plus de 60 artistes sont aux éditions Des Ailes sur un tracteur.

 

– C’est comme ça  fourmille d’infos destinées aux jeunes lesbiennes, gays, bi, trans et curieux, avec des témoignages et des liens.

 

 

Des court-métrages

Le Baiser de la lune est un court métrage d’animation de 26 minutes qui aborde les relations amoureuses entre personnes de même sexe pour des enfants CM1/CM2 et plus. Soutenu entre autres par la région Bretagne, le Conseil régional du Finistère, la Ligue de l’enseignement. Le film avait été bousculé par les anti-« Genre » qui trouvaient que le film donnait trop la possibilité de choisir leurs destins.

In the hearbeat est un court-métrage diffusé sur YouTube, qui a fait sensation cette année. L’histoire simple et mignonne de deux jeunes élèves que tout rapproche.

A LIRE ICI :

« In a Heartbeat », le film d’animation gay tant attendu, est sorti !

 

Pour les profs : des kits, des idées d’ateliers, des fiches pédagogiques…

– En mars 2016, SOS homophobie a réalisé un « kit cartable » pédagogique avec l’ambition, dans les collèges et les lycées, de donner à chacun·e les outils nécessaires pour faire face aux violences dont sont victimes les jeunes lesbiennes, gays, bis et trans (LGBT) et de sensibiliser les plus jeunes à la lutte contre les LGBTphobies. La publication de ce kit sera suivie de la mise en ligne sur le site internet de SOS homophobie (www.sos-homophobie.org) de propositions de séquences pédagogiques dans différentes disciplines.

– Le Crips regorge de solutions pour des animations contre le racisme, le sexisme et l’homophobie, auprès des 15-25 ans. Ces outils ont été créés par les animateurs de prévention du Crips Île-de-France. Vous pouvez les réaliser vous-même. Disponible ici.

– Genrimages regroupe des idées d’ateliers et des fiches d’activités pour travailler sur le genre et l’homosexualité à partir de l’image (films, clips vidéo…).

– Jeune et homo sous le regard des autres est une collection de cinq courts métrages réalisés par des jeunes et disponibles sur le site de Santé Publique France. Cette série s’adresse aux professionnels de l’éducation et de l’animation socioculturelle travaillant auprès d’adolescents et de jeunes adultes.

Les vidéos : https://www.youtube.com/playlist?list=PL14B7FCF60A9E8141

 

Il existe également de nombreuses brochures pour savoir comment réagir face à une situation homophobe, ou prévenir les conduites à risques en raison de l’homosexualité réelle ou supposée des enfants.

– Guide pratique contre l’homophobie, 2011, édité par SOS homophobie.

– L’homophobie savoir et réagir, à destination des équipes pédagogiques et de tous les professionnels travaillant auprès des jeunes.

– Comment se défendre en cas d’agression ? 4 p. conçues et diffusées par l’Association ADHEOS avec le soutien de la région Poitou-Charentes.

– Prévention des conduites à risques chez les adolescents. Homophobie et éducation agir et prévenir, 2011, 24 p. réalisées par l’association Contact.

– Guide Éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire du SNUipp-FSU (syndicat enseignant du primaire)

 

Et aussi des outils contre la transphobie

Du sexisme découle aussi la transphobie, la haine de la fluidité dans les genres et dans l’auto-détermination. La société n’aime pas que l’on soit libre d’être soi-même et de faire ce que l’on veut de son propre corps. Alors pour lutter contre les clichés liés à la transidentité, la blogueuse Caphi propose une série de livres pour les jeunes :

– La face cachée de Luna

– Medhi met du rouge à lèvres

– Papa porte une robe

– Havre de paix

– La vlogueuse Princ(ess)e LGBT propose également une vidéo avec sa sélection.

On serait tentés de rajouter :

– Ça déborde, Un cahier de coloriage sur les genres et les sexes par la dessinatrice trans et québécoise Sophie Labelle

– Histoire de Julie qui avait une ombre de garçons

 

 

D’autres idées ? A vos suggestions !

 

 

À LIRE AUSSI :

Le gouvernement double les amendes pour homophobie et transphobie dans certains cas

Viol, sida, sexisme… le puissant discours de Madonna aux Billboard Women in Music

« Homophobie intégrée » : pourquoi les gays parfois sont homophobes ?

ads