bois de BoulogneVanesa Campos tuée au bois de Boulogne : l'arme du crime aurait été volée à un agent de police

Par Marion Chatelin le 29/08/2018
Vanesa Campos

La travailleuse du sexe trans' Vanesa Campos aurait été tuée, dans la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 août 2018, avec une arme appartenant à un agent de police, selon les informations de nos confrères du Canard Enchaîné.

La travailleuse du sexe transgenre, Vanesa Campos, aurait été tuée, dans la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 août 2018, par une balle de 9 millimètres provenant d'une arme de police, selon les informations du Canard Enchaîné, rendues publiques ce mercredi 29 août. L'arme du crime serait un « Sig sauer », un pistolet semi-automatique adopté par l'ensemble des forces de l'ordre en France et notamment par la police.

Lors de notre rencontre avec des travailleuses du sexe présentes au bois de Boulogne le soir où Vanesa Campos a été tuée, celles-ci s'interrogeaient justement sur la provenance de l'arme, évoquant l'hypothèse d'un vol dans une voiture de police, sans toutefois avoir pu le vérifier.

Le journal hebdomadaire suggère également que la préfecture de police de Paris est en mauvaise posture. Il fait le lien avec un autre incident, qui aurait eu lieu sept jours avant la mort de Vanesa Campos. Selon les informations du journal satirique, dans la nuit du 9 août 2018, un officier de police, dont la voiture était garée au bois de Boulogne, aurait déclaré la perte de son brassard de police et de son arme avec son chargeur restés dans sa voiture.

Cinq personnes mises en examen

Des informations qui vont probablement faire avancer l'enquête. Lundi 27 août dernier, TÊTU a révélé que cinq personnes ont été mises en examen et placées en détention provisoire pour « meurtre commis en bande organisée » et « vols en réunion avec dégradations » conformément aux réquisitions du parquet.

A LIRE AUSSI : Vanesa Campos tuée au bois de Boulogne : cinq personnes mises en examen pour "meurtre" et "vols"

Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transgenre de 36 ans, d’origine péruvienne, avait été tuée au bois de Boulogne alors qu’elle tentait d'empêcher ses agresseurs de dépouiller un client, dans un contexte particulièrement tendu. Selon les travailleuses du sexe présente sur place le soir du drame, c'est un véritable « climat de terreur » qu'elles subissent depuis trois ans, en proie à ces hommes quotidiennement.

Plusieurs centaines de travailleuses et travailleurs du sexe et militants LGBT ont défilé, vendredi 24 août 2018, depuis la Porte Dauphine jusqu’au bois de Boulogne, ainsi que dans plusieurs autres villes de France, pour demander que justice soit faite pour Vanesa. Un autre rassemblement est organisé ce mercredi 29 août dans la capitale. L'association Pari-T donne rendez-vous à 18 heures au métro Pigalle : « Nous sommes tou-te-s Vanessa parce qu'on n'est pas à l'abri d'une agression dans une société où les LGBTIQ+phobies, et plus généralement la haine de l’autre, sont banalisées. Ensemble exigions justice pour Vanessa ! », peut-on lire sur la page Facebook de l'événement.

A LIRE AUSSI : Travailleuse du sexe trans’ tuée au bois de Boulogne : « On vit dans la terreur depuis trois ans » 

Crédit Photo : Rozenn Le Carboulec.