facebook

Neuf hommes renvoyés aux assises après le meurtre de Vanesa Campos

Suspectés d'avoir participé au meurtre de Vanesa Campos il y a deux ans, neuf hommes ont été renvoyé devant les assises par le parquet. Trois sont accusés de meurtre, les autres "d'association de malfaiteurs".

Vanesa Campos avait été retrouvée agonisante dans la nuit du 16 au 17 août 2018, près de son abris du bois de Boulogne. Cette travailleuse du sexe trans est décédée alors qu'un groupe de voleurs s'en prenaient aux clients. Neuf hommes, dont trois sont accusés de meurtres, ont été renvoyé aux assises, selon une information du Monde confirmée par l'AFP.

À LIRE AUSSI : « Les putes ont plus que jamais besoin de nous ! », alerte Act Up-Paris

Les trois principaux suspects sont poursuivis pour "meurtre en bande organisée". Les trois hommes ont une vingtaine d'années : Mahmoud K est un égyptien, désigné comme l'auteur du tir, Ali A. et Karim I sont suspectés d'avoir porté des coups de couteau et de matraque à Vanesa Campos.  Six autres hommes sont poursuivis pour "association de malfaiteurs en vue de la commission d'un crime". Et un dixième suspect, mineur au moment des faits, est renvoyé pour vol devant un tribunal pour enfants.

Un climat "de terreur"

Selon les réquisitions du parquet, les hommes avaient installé un climat "de terreur". Les travailleur·se·s du sexe (TDS) avaient même engagé quelqu'un pour les protéger. Le soir du meurtre, le groupe a organisé, selon le magistrat, "une expédition punitive". Ce soir là, ils étaient armés de bombes lacrymogènes, d'un couteau, de tasers et même de branches d'arbres arrachées. Ils avaient également en leur possession un revolver volé dans la voiture d'un policier affairé avec une TDS.

À LIRE AUSSI : L’Assemblée vote 90.000 euros d’aides pour les travailleurs·ses du sexe et appelle à des mesures immédiates

Le Strass et Acceptess-T, qui accompagnent les travailleur.se.s du sexe et les personnes trans, ont incriminé la loi de 2016 qui pénalise les clients. Cette loi jugée "abolitionniste" impose aux TDS de s'isoler davantage de la ville, de se cacher et donc d'être exposées à davantage d'agressions. "Les chiffres sont complètement hallucinants. Nous n'avions jamais connu de situation aussi évidente de mise en danger des personnes", expliquait Giovanna Rincon à TÊTU en février dernier.

Un rassemblement d'hommage à Jessyca

Acceptess-T a appelé à un rassemblement, ce vendredi 19 février, en mémoire de Jessyca Sarmiento, une autre TDS assassinée. "Un an après nous souhaitons nous réunir autour d'une veille et d'un dépôt de fleurs sur le lieu du drame, pour lui rendre hommage, et pour continuer à réclamer justice pour ce meurtre. Il ne s'agira pas d'une marche revendicative mais d'un déplacement collectif", écrit l'association.

À LIRE AUSSI : Souriante, gentille et solidaire… Jessyca Sarmiento au delà du fait divers


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail