« Deux poids, deux mesures » : Bille Jean King apporte son soutien à Serena Williams

L’emblématique Bille Jean King a dénoncé la sanction infligée à Serena Williams dimanche 9 septembre lors de la finale de l’US Open, évoquant un « deux poids, deux mesures ».

Serena Williams a écopé d’une amende 17.000 dollars et d’un jeu de pénalité pour ses trois avertissements reçus pour « coaching », « bris de raquette », puis « insulte ». Des avertissements que la joueuse n’a eu de cesse de dénoncer lors du match, sans succès.

« Ce n’est pas juste. Il y a beaucoup d’hommes ici même qui ont dit beaucoup de choses et parce que ce sont des hommes ils n’ont jamais rien eu, a asséné Serena Williams à l’arbitre référent. Et parce que je suis une femme, vous allez me retirer des points ? »

Interrogée sur sa réaction peu après, en conférence de presse, Serena Williams a estimé que la remarque de l’arbitre était bel et bien « sexiste » : « Mais je vais continuer à me battre pour les femmes, à me battre pour nous, pour qu’on soit traitées d’égal à égal, comme (Alizé) Cornet qui devrait avoir le droit d’enlever son haut sans recevoir une amende. (…) Peut-être que ça n’a pas marché pour moi, mais ça marchera pour la prochaine personne », a-t-elle ajouté, les larmes aux yeux.

« Double standard »

Face à la polémique, l’ex-numéro 1 mondiale a reçu de nombreux soutiens, notamment de la part de Billie Jean King, championne de tennis ouvertement lesbienne et grande défenseuse des droits des femmes et des personnes LGBT+ dans le sport.

Cette dernière évoque sans détour sur Twitter le « double standard » entre les femmes et les hommes dans le sport. « Quand une femme est émue, elle est ‘hystérique’ et pénalisée pour ça. Mais quand un homme fait la même chose, il est ‘franc’ et il n’y a aucune répercussion. »

« Le plafond (de verre) que les femmes de couleur rencontrent sur leur chemin vers l’ascension n’a jamais paru si infranchissable que lors de la finale de l’US Open », ajoute-t-elle dans une tribune publiée dans le Washington Post.

Et d’ajouter :

« J’espère que toutes les petites filles et toutes les femmes qui ont regardé le match dimanche ont réalisé qu’elles devaient toujours se défendre et se battre pour ce qu’elles estiment juste. Les choses ne changeront jamais si elles ne le font pas. »

Plusieurs soutiens

La star américaine a également reçu le soutien de l’association des joueuses professionnelles (WTA) dimanche. « Il ne devrait pas y avoir de différence de degré dans la tolérance face aux émotions exprimées par les hommes et les femmes », écrit le directeur de l’organisation Steve Simon. « Nous ne pensons pas que ça a été le cas. »

« Dans un match masculin, ça ne se serait pas passé comme ça », renchérit l’ex-numéro 1 mondiale Victoria Azarenka.

Crédit photo : Sarah Stier/ GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail