facebook

Mobilisation pour Michaël, nigérian homosexuel de 24 ans, risquant l’expulsion

Michaël, jeune homosexuel originaire du Nigéria, a fui son pays pour venir en France en 2016. Deux ans plus tard, il risque l'expulsion.

Michaël "craint pour sa vie" s'il retourne au Nigéria. Ce jeune homme de 24 ans, arrivé en France en 2016, explique à TÊTU avoir quitté son pays car persécuté en raison de son homosexualité.

Accompagné de l'association LGBT+ Couleurs Gaies, basée à Metz, Michaël nous a raconté avoir été violenté à plusieurs reprises au Nigéria. Il aurait été surpris en train d'embrasser son compagnon à côté d'une discothèque avant d'être violemment frappé. Il affirme que son compagnon a succombé à ses blessures.

Craignant pour sa sécurité, il quitte son village pour une autre ville du Nigéria. Là-bas, il raconte avoir été également frappé pour les même raisons. Un nouvel épisode de violences qui le décide à quitter son pays pour la Lybie d'où il prend un bateau pour l'Italie en octobre 2016.

Débouté à plusieurs reprises de sa demande d'asile

Arrivé en Italie, il part pour la France où il se rapproche de l'association Couleurs Gaies, dont il est aujourd'hui membre depuis deux ans, et lance les démarches administratives pour obtenir un statut de réfugié.

Il sera débouté de sa demande d'asile par l'Ofpra le 29 août 2017 et la Cour national du droit d'asile (CNDA) rejette son recours le 21 février 2018. Quelques mois plus tard, il fait une demande de réexamen auprès de l'Ofpra, à nouveau rejetée.

A LIRE AUSSI : « Je n’ai pas l’habitude de parler de ma sexualité » : le parcours du combattant des demandeurs d’asile LGBT+

"C’est un choix politique de médiatiser, pour dire que ça suffit"

Quelques semaines plus tard, il reçoit une Obligation de quitter le territoire français (un document avec lequel il peut être interpellé par les forces de l'ordre à tout moment et renvoyé vers son pays d'origine). Il se voit finalement assigné à résidence le 30 octobre dernier. "A tout moment, dans les 45 jours qui suivent, Michaël peut être renvoyé au Nigeria", précise l'association Couleurs Gaies.

Pour éviter une telle extrémité, l'association a décidé de médiatiser son histoire en publiant une vidéo sur les réseaux sociaux. "C’est un choix politique de médiatiser, pour dire que ça suffit", abonde l'association. Cette histoire n'est pas sans rappeler celle de Moussa, un homosexuel guinéen de 28 ans débouté à deux reprises de sa demande d'asile.

L'homosexualité est toujours illégale au Nigéria et passible de quatorze ans de prison.

Crédit photo : Couleurs Gaies


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail