Saint-Valentin : 14 hits du moment qui parlent de nos amours

Que l'on soit seul.e, deux ou même plus, il n'y a pas de Saint-Valentin parfaite sans la playlist adéquate. TÊTU vous propose une sélection de chansons célébrant toutes les formes d'amour queer, du plus heureux au plus déchirant, qui va vous émouvoir et vous faire rougir.

"Séduction" – Joanna

« Ton corps est une œuvre d'art façonnée par la mer » chante Joanna. L'artiste est « une femme qui d’habitude n’aime pas les femmes », mais renversée par une « beauté créature », elle entonne la plus sensuelle des chansons d’amour. A seulement 19 ans, la jeune rennaise nous livre un véritable ode au désir et à la beauté féminine, où tout n’est que volupté. Et on est séduit. Dans ce titre doux, aux sonorités pop, la chanteuse enjoint sa « proie », d’une voix langoureuse, à venir la rejoindre partager les plaisirs du corps. « Viens contre moi, viens. »

"Bloom" - Troye Sivan

Plus dansant, plus sensuel, plus sexuel... Troye Sivan revient fort avec "Bloom", un son acidulé, fun et sexy, qui parle de bien des choses, mais sûrement pas de fleurs - contrairement à ce que pourrait le faire croire le titre de sa chanson, "éclosion" en français. Le jeune artiste de 23 ans s'adresse à un homme qu'il invite à venir "visiter son jardin" ou "faire un tour en grand-huit", métaphores on ne peut plus explicites de l'acte sexuel et de la passivité. Dans sa vidéo, Sivan enchaîne les maquillages colorés et les tenues extravagantes ou fleuries. Un clip, et un titre, qui célèbrent l'amour et le plaisir.

A LIRE AUSSI : Une audience avec sa majesté Troye Sivan : « Je n’ai aucune honte d’être gay ! Je suis parfaitement à l’aise avec ma sexualité ! »

"And Then She Kissed Me" – St Vincent

St Vincent reprend un titre de The Crystals, sorti en 1963, mais remplace le pronom « il » par « elle », donnant un nouvel impact à la chanson. « Elle m’embrassa comme je n’avais jamais été embrassée avant. » La chanson raconte l’histoire de deux femmes, de leur rencontre à la demande en mariage, en passant par leur premier baiser, leur premier « je t’aime », et la rencontre avec les parents. Chaque couplet se termine par la même conclusion : « Et elle m’embrassa ». Un hymne à la passion tranquille qui fait du bien.

"Make Me Feel" - Janelle Monáe

Un hymne à la bisexualité, rien que ça ? Avec « Make Me Feel », l’autrice-compositrice-interprète de soul américaine, ouvertement pansexuelle, Janelle Monáe, propose une chanson d’amour non-genré, qui pourrait s’adresser à n'importe qui. Dans un clip hypnotique, on peut voir la chanteuse tiraillée entre un homme et une femme, partager des moments complices avec les deux séparément ou en même temps. Super sexy.

A LIRE AUSSI : Janelle Monáe rejoint le casting du biopic sur la féministe Gloria Steinem

"Ta Reine" – Angèle

Sensible et délicieusement pop, Angèle nous conquit par ce titre prônant l’amour féminin. Avec cette chanson, la jeune belge soulève la question de l’acceptation de l’homosexualité : « Mais tu voudrais qu'elle soit ta reine ce soir. Même si deux reines, c'est pas trop accepté ». Elle place l’amour lesbien au même plan que l’amour hétérosexuel, et dit croire aux histoires qui peuvent « bien se terminer ». Un titre doux qui parle de préjugés, mais aussi d’espoir.

"Mohammed Je t’aime" - Gargäntua

« Mohammed je t’aime, j’aurais aimé ne pas t’aimer comme je t’aime. » Le titre de Gargäntua, interviewé par TÊTU en juillet, parle de l’amour homosexuel dans les cités et nous frappe en plein cœur. A travers des paroles fortes et un clip très dur, le duo délivre un son coup de poing, à la frontière entre la techno hardcore et la chanson française. Les basses lourdes, comme l’atmosphère du clip vidéo, contrebalancent avec la poésie du texte. Au programme : cri d’amour désespéré, agression physique homophobe et une fin qui nous bouleverse. Un vrai choc.

A LIRE AUSSI : "Mohammed je t'aime", clip choc sur l'homophobie dans les cités : interview du duo Gargäntua

"Tongue" - MNEK

Avec « Tongue », MNKE affirme sa sexualité… et son talent. Un son décidément pop/électro qui parle de ce qu’on n’ose pas dire, mais que l’on a « sur le bout de la langue », à savoir que l’on aime. Le clip présente un grand dîner où l’artiste britannique joue du regard avec l’élu de son cœur, assis à l’autre bout de la pièce, avant de danser sur la table en complet rose. La rumeur se répand parmi les convives, dont plusieurs couples du même sexe, et la vidéo se conclut sur la révélation de l’amour des deux hommes.

"Talia" – King Princess

Deux filles enlacées sur un lit, se caressant, s’embrassant. Un clip à l’esthétique néon, profondément sensuel... si l'on omet le fait que l'une des deux amoureuses est une poupée en plastique. Nouvelle icône queer, King Princess chante son amour à son ex-copine, Talia, qui l’a quittée et qu’elle croit voir à chaque fois qu’elle boit. « Je peux goûter ton rouge à lèvre / Je peux m’allonger près de toi / Mais tout est dans ma tête / Si je bois assez. » Une chanson qui parle d’amour déçu, et du manque après une rupture. Hypnotique.

"You" – Matilda

Malgré la difficulté, la trahison et la jalousie, tout ce que veut Matilda c’est « toi, toi, toi, toi ». La jeune chanteuse ne cache pas ses sentiments à la fille qu’elle aime (qui est au passage la copine d’une autre). Après un rendez-vous romantique au lac, entre rires et baisers échangés dans l’eau, les deux jeunes filles rejoignent leurs amis pour faire la fête, et c’est l’occasion pour l’une des deux de retrouver sa copine officielle. Un clip sur les amours de jeunesse et toutes les complexités qui les entourent.

"If Our Love Is Wrong" - Calum Scott

Calum Scott aime un homme, et son amour est plus fort que les jugements. « Si notre amour est mauvais, alors je ne veux jamais être juste », chante-t-il. Un titre pop et mélancolique qui vient du cœur, où il revendique son droit d’aimer qui il veut, et d’être un humain comme les autres : « Pourquoi aurais-je besoin de leur permission / Peau et os, je suis juste humain ».

A LIRE AUSSI : Calum Scott raconte son coming out à sa mère dans une bouleversante chanson

"Auaati" - Léonie Pernet Feat. Hanaa Ouassim

La musicienne ouvertement lesbienne Léonie Pernet nous raconte l’histoire vraie d’une jeune femme noire, queer et musulmane, qui a fui son pays pour vivre comme elle l’entend. Aux Etats-Unis, elle trouve l’amour en la personne de la musicienne, avec qui elle forme un couple heureux. Malheureusement, les deux femmes sont victimes des discriminations et de la violence de « l’Amérique de Trump ». Un titre enivrant, aux sonorités électro et orientales, chanté en arabe et appuyé par une vidéo émouvante.

A LIRE AUSSI : EXCLU TÊTU. Léonie Pernet dénonce la peur de l’autre dans le très beau clip de « Auaati »

"J’ai tout aimé de toi" - Carmen Maria Vega

Quand son amante l’abandonne, Carmen Maria Vega se souvient. De sa voix suave, elle trace la carte du corps de son amour déchu : sa taille fine comme un ruisseau, ses épaules comme des déserts… Allégorie du désir toujours présent malgré l’absence. Des souvenirs auxquels l’artiste s'accroche comme à sa vie, et une plainte larmoyante vers celle qui ne l’aime plus : « J’ai tout aimé de toi ». Intense.

"Que Toi" - Andy Je T'aime

Un cri d'amour. Le titre ovni, totalement fou, d'Andy Je T'aime est une véritable déclaration. On suit l'acteur et mannequin Brice Michelini, et son copain Andy, dans leur extravagante histoire d'amour, et jusque dans leur intimité. Des paroles sans détour et sans métaphore, qui rapportent la réalité de la passion amoureuse. « Tes yeux, ta voix, ton rire, ta peau, / Ton cul, tes mots, / Tes doigts, ta bouche, / Tout en toi me touche. » Le tout exposé dans un clip rétro, profondément années 80.

A LIRE AUSSI : Tomber amoureux avec le clip de « Que Toi » d’Andy Je T’aime, déclaration gay et dansante

"Strangers" - Halsey feat Lauren Jaregui

Faire l'amour comme on fait la guerre. Halsey et Lauren jouent deux anciennes amantes qui s'affrontent sur un ring de boxe, et le combat est violent. Les blessures sont physiques - comme on peut voir par le sang qui coule - et morales : l'une semble aimer l'autre qui ne la considère que comme une inconnue qui partage son lit. "Tu disais que nous ne sommes pas des amantes, nous sommes juste des inconnues avec le même besoin d'être touchées, d'être aimées, de ressentir quelque chose." On ne sait pas bien qui est qui dans ce couple brisé, car les deux artistes chantent en coeur "Les matins avec toi allongée dans mon lit me manquent, les souvenirs qui rejouent dans ma tête, l'idée d'un 'toujours' toi et moi, mais tout ce qu'il te manque c'est mon corps". Le drame des relations à sens unique, qui se termine par un K.O métaphorique.

Crédit photo : Montage Facebook Janelle Monae / Instagram Troye Sivan / Instagram Angèle.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail