facebook

PMA : SOS Homophobie et l’ADFH demandent l’exclusion d’Agnès Thill de LREM

SOS Homophobie et l'Association des familles homoparentales de France (ADFH) ont publié un communiqué, ce vendredi 22 février, dans lequel elles demandent l'exclusion de la députée LREM Agnès Thill. Cette dernière a été simplement "mise en garde" par le mouvement.

C'est la deuxième mise en garde. Celle de trop selon ces deux associations, qui ont décidé de publier un communiqué ce vendredi 22 février. Elles dénoncent une absence de sanction envers la députée LREM Agnès Thill. En effet, la députée de l'Oise a annoncé le 21 février avoir simplement été "mise en garde" par la commission des conflits du mouvement, pour des propos homophobes et anti-PMA.

À LIRE AUSSI : « Puissant lobby LGBT » : la députée LREM Agnès Thill mise en garde par son parti

"À l’heure où le président de la République a dénoncé devant le CRIF le réveil de toutes les formes de haine, et a appelé à la lutte des haines citant la haine anti-LGBT+,  force est de constater que le parti de La REM reste sourd au discours présidentiel sanctionnant d’une simple mise en garde des propos dont personne ne conteste l’homophobie", écrivent les deux associations.

"Mascarade"

SOS Homophobie et l'ADFH dénoncent une "mascarade" et rappellent "l’importance de lutter contre toutes les formes de haine avec vigueur et détermination". Et de poursuivre : "Les personnes LGBT+ et leurs enfants ne doivent pas faire les frais de l’homophobie de députés qui, sous couvert d’une liberté d’expression, entame en réalité la dignité et le respect des personnes LGBTI."

À LIRE AUSSI : PMA : la députée Agnès Thill ne sera pas exclue de LREM

Contacté par TÊTU, le président de SOS Homophobie, Joël Deumier, trouve "incompréhensible" l'absence de sanction envers la députée de l'Oise. Pour lui, la ligne rouge a été franchie :

"Il y a un double discours insupportable. Cela fait deux ans qu'on dit qu'il faut un débat respectueux et apaisé sur la PMA. Mais quand une membre de la majorité présidentielle tient des propos homophobes, elle n'est pas sanctionnée."

Les deux associations demandent l'exclusion de la députée. Elles souhaitent également être reçues par les responsables du parti dans les plus brefs délais.

Crédit photo : capture d'écran de l'Assemblée nationale. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail