facebook

On a rencontré Artem, le jeune gay russe du film « Coming-out »

[PREMIUM] Pour son documentaire, Denis Parrot a rassemblé des témoignages précieux : ceux de jeunes LGBT+ filmant leur coming-out à leurs proches. Des vidéos bouleversantes qui nous font vivre au plus près le basculement aussi bien intime que social qu'est ce moment charnière. TÊTU a eu le plaisir de rencontrer l'un des protagonistes, un jeune exilé russe, Artem Kolesov.

Sa mère l’a décrit comme « un pêcheur », « un dépravé », qui s’est laissé aller aux tentations les plus impures. Quelqu’un qui ne peut pas être « comme ça ». Surtout, qui « ne doit pas être comme ça ». Mais, en face de nous, pourtant, on ne voit rien d'autre qu'un jeune homme, de tout juste 25 ans. La poignée de main est timide. Fraîchement rasé, les Converse bien lacées, dont la couleur s’accorde parfaitement avec ses yeux hazel. Artem a le regard profond. Presque envoûtant. Installé dans un fauteuil du bar de son hôtel dans le 10e arrondissement de Paris, il nous parle de son coming-out. « J’aime ma mère », dit-il calmement au détour d’une phrase.

Artem revient de loin. C’est un rescapé. Aujourd’hui, celle qui l’a élevé dans la foi chrétienne la plus stricte, et inscrit à ses premiers cours de violon - il avait seulement six ans - le considère comme mort. « C’est plus facile à gérer pour elle comme ça, plutôt que de me savoir en vie et homosexuel. » Silence. Le temps d’encaisser ces mots. Et puis la vie nous rattrape. Il faut dire qu’une fois sa timidité évaporée, son désir de vivre est contagieux. ...


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail