antoine griezmannHomophobie dans le foot : pour Antoine Griezmann, "c'est très bien d'arrêter les matchs"

Par tetu le 11/09/2019
Antoine Griezmann

Antoine Griezmann confirme qu'il est un allié sur lequel la communauté LGBT peut compter. Le joueur s'est déclaré favorable à l'interruption des matchs de foot en cas de propos homophobes… contrairement au président de la FFF.

La polémique est vive après les propos du président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët. Ce dernier a annoncé ce mardi 10 septembre sur franceinfo que les matchs ne seraient plus interrompus en cas d'injures homophobes – ajoutant toutefois qu'il le ferait s'il s'agissait de "cris racistes". Interrogé à ce sujet par un journaliste de RTL, le champion du monde Antoine Griezmann a donné une réponse sans concession.

LIRE AUSSI >> Le président de la FFF refuse d'arrêter les matchs en cas d'injure homophobe

"Pour moi, c'est très bien d'arrêter les matchs, que ce soit pour des chants homophobes ou des chants racistes", a déclaré au micro de RTL l'attaquant des Bleus, qui battait hier l'équipe d'Andorre au Stade de France. "Si on arrête les matches, les gens ne seront pas contents et ils arrêteront de le faire", a-t-il poursuivi. Une position radicalement différente de celle de la FFF.

Chants et insultes homophobes

Depuis ce mardi, les réactions aux propos de Noël Le Graët s'enchaînent. Plusieurs associations, dont le collectif Rouge Direct, demandent la démission du président de la FFF. La ministre des sports, Roxana Maracineanu, a dénoncé la position "erronée" de Noël Le Graët sur l'homophobie dans le football. La polémique survient après plusieurs interruptions de matchs, ces derniers mois, pour des chants homophobes. Récemment, c'est un match Nice-Marseille qui a été interrompu pendant 12 minutes après que des supporters ultra eurent déplié une banderole "A Nice aussi, on aime la pédale". 

"Ce serait magnifique de débarrasser les terrains et les tribunes de ces insultes."

En mai dernier, Antoine Griezmann faisait la couverture de TÊTU, en appelant à cesser l'homophobie dans le sport, et notamment dans le foot. Dans cet entretien, il disait déjà que pour lui, ces chants n'avaient pas leur place au stade. "Quand tu es près de la tribune, vers la ligne de touche ou des corners, tu entends ce genre d'insultes. Je me suis souvent fait traiter de 'pédé' depuis les tribunes ou de 'sale blonde'. C'est une insulte tellement facile. Ce serait magnifique de débarrasser les terrains et les tribunes de ces insultes. Mais ça va être dur. Très dur." C'est sûr que vu la position de la FFF sur le sujet, ça risque d'être coton…

LIRE AUSSI >> Antoine Griezmann dans TÊTU : "L'homophobie dans le foot, ça suffit!"